COMPETENCES SPECIFIQUES EN LYCEE

LA DANSE

ORIENTATION DOMINANTE LYCEE

 

LES ELEVES DE LYCEE ET LA DANSE

Les motivations des élèves de lycée pour la danse sont très variables. Niveau de pratique scolaire ou non, choix volontaire ou non de l’activité, sexe sont des éléments déterminants.

Les élèves qui n’ont pas été confrontés à la pratique de la danse dans leur cursus scolaire en ont une représentation influencée par la rumeur : la danse reste une activité féminine " gracieuse " qui donne à voir du " beau ".

Les garçons imaginent également une activité qui ne bouge pas suffisamment pour répondre à leurs besoins. Ils se sont presque tous affirmés physiquement dans des activités sportives et rejettent l’idée d’une activité d’expression. Ils ont peur pour leur image masculine au moment ou ils sont en train de la construire.

Les filles ont une représentation plutôt figée du beau et certaines ont encore peur de se montrer (problème de corps changeant, instabilité du poids…). Le niveau d’aisance corporelle, au travers de la mixité fait apparaître une dualité entre désir de rentrer en contact et peur de ce contact.

Les élèves capables d’opérer un choix d’APA semblent répondre à différentes motivations : besoin d’affirmer sa personnalité, intérêt culturel souvent en liaison avec d’autres champs (arts plastique, littérature…), stratégie de réussite, développement d’une sensibilité artistique répondant à un besoin de se démarquer.

D’une manière générale, les élèves se caractérisent par un accès à un niveau de symbolisation et d’abstraction totalement hétérogène. Du fait de leur maturité, ils sont toutefois capables d’établir des liens entre différents champs culturels.

LES OBJECTIFS DE FORMATION EN LYCEE.

Au regard des compétences propres à acquérir dans le domaine des APA la formation doit permettre aux élèves de :

  • passer d’une production structurée à 3, à une production collective à 5 ;

  • passer d’une production exécutée à une production interprétée ;

  • passer de mouvements complexes à des mouvements risqués ;

  • passer de la distanciation au symbolique ;

  • passer d’une observation structurée à un regard sensible.

 

LES CONDITIONS PARTICULIERES

La situation de référence :

production à 5 danseurs permettant une évaluation collective (et éventuellement d’un solo extrait de la composition) mise en scène et présentée au public de la classe.

Le thème :

point de départ du projet expressif, il est lié à leur centre d’intérêt. Il peut être relatif à l’actualité : sports de l’extrême, guerre, problème de société, humour ; au monde culturel : art, peinture, théâtre, littérature, philosophie.

 

DE CE QUI SE FAIT A CE QU'IL Y A A FAIRE

CONDUITES INITIALES

 

INDICATEURS FIN D'ETAPE

Des relations simples de temps, d'espace, de contact existent entre les danseurs.

Les contacts engendrent des ruptures dans le mouvement.

La prise de risque est limitée dans les enchaînements d'action.

La danse est souvent calquée sur la musique.

La qualité du mouvement est fluctuante.

Le regard est placé volontairement.

 

Regroupements, répétitions, refrains, entrées et sorties enrichissent la chorégraphie.

Les porters s'intègrent dans la dynamique du mouvement sans ruptures involontaires.

Une prise de risque dans les appuis crée des combinaisons d'actions variées et originales.

Le jeu avec la musique se complexifie.

La fluidité du mouvement devient régulière.

Le regard est placé tout en restant ouvert.

 

 

PROBLEMES, OBSTACLES RENCONTRES PAR LES ELEVES

Choisir, trier, combiner les procédés.

Moduler son tonus.

Oser traduire en mouvement.

Gérer et concilier équilibre et déséquilibre dans la dynamique.

Trouver une continuité dans la dynamique.

Se décentrer de son mouvement pour traduire la musique.

Ouvrir son regard.

Mémoriser des états de corps.

 

 

l_blf.gif (871 octets)

Si vous souhaitez "télécharger" ce document dans son intégralité : format Word 97 :  danslyc.doc - 71 Ko -

l_blf.gif (871 octets)

 

Académie de Poitiers
Courrier électronique : webEPS
Dernière mise à jour : 06/11/00