L'enseignement de la Gymnastique Sportive
un exemple : le collège JdPlantes Poitiers

Démarche d'enseignement

1) Quelques évidences
C’est une évidence de rappeler qu’on ne doit pas aborder toutes les activités de la même manière. En effet, avec les débutants en gymnastique, il faut impérativement privilégier dans un premier temps le vécu, l’expérience concrète, les émotions et non la maîtrise, l’analyse, la compréhension, la connaissance.
De la même façon quelques incontournables sont de rigueur pour l’enseignement de cette activité :

  • on ne peut enseigner la gymnastique sans un minimum de matériel. Pour la rendre attrayante et faciliter les apprentissages par l’aménagement du milieu, un certain nombre de dispositifs paraît indispensable ;
  • on ne peut  enseigner la gymnastique, sans une quantité horaire suffisante. Le temps d’engagement moteur demeure la composante essentielle de l’efficacité des apprentissages (programme du collège 10 heures effectives) ;
  • on ne peut enseigner la gymnastique sans au préalable avoir tenté de mettre un peu d’ordre dans la variété et la complexité des habiletés motrices offertes par cette riche discipline ;
  • on ne peut enseigner la gymnastique sans rompre avec certaines habitudes ancrées dans la pratique professionnelle : 
    • considérer que le sol est prioritaire,
    • refuser la quantité de travail,
    • se focaliser sur l’aspect technique formel dans un premier temps,
    • dénigrer la répétition et la démonstration,
    • négliger les aspects bioénergétiques,
    • donner trop d’importance au cognitif.

2) L’apprentissage
En gymnastique apprendre c’est :

  • la construction d’habiletés nouvelles :
    le but de cet apprentissage est d’acquérir le plus haut degré d’expertise en fonction de ses ressources et de rendre disponibles ces savoirs au bon moment ;
  • la maximisation d’habiletés existantes :
    le but de cet apprentissage est d’améliorer des savoir-faire déjà construits et disponibles chez l’élève par un gain de précision, d’amplitude, de vitesse, d’équilibre, d’impulsion et d’enchaînement ;
  • l’optimisation de ces habiletés :
    le but de cet apprentissage est de minimiser les coûts énergétiques et informationnels associés à la réalisation des savoir-faire. Agir en s’économisant sur le plan énergétique, des repères et des émotions.

En gymnastique deux indicateurs nous permettent de situer l’apprentissage des élèves :

  • quantitatif :
    le nombre d’éléments maîtrisés par chaque élève ;
  • qualitatif :
    la variété des familles et la difficulté des éléments.

De manière plus générale, un certain nombre de lois, quelque soit le modèle d’apprentissage, peuvent émerger :

  • la répétition des mouvements à exécuter contribue au renforcement de la mise en mémoire des programmes moteurs :
    • insister sur le nombre de passages sur chaque atelier,
    • avant une rotation d’atelier, on peut demander un passage intensif d’une durée de 1 mn pour la répétition de l’élément technique le plus élevé correctement réalisé par l’élève,
    • lors de l’échauffement,  veiller au nombre de répétitions de chaque exercice ;
  • la variabilité des conditions de réalisation permet l’élaboration de règles de paramétrisation des mouvements garantissant  l’adaptation à des situations quelques peu différentes :
    • sur chaque atelier, on peut envisager des aménagements différents pour réaliser un élément gymnique. Exemple : renversement latéral, départ en contre haut sur un chapeau de plinth et départ sur un tremplin pose de mains sur un obstacle,
    • de plus, sur des ateliers différents, on peut retrouver les mêmes éléments : sortie rondade à la poutre et rondade au sol ;
  • la connaissance des résultats et des procédures comportementales mises en œuvre pour les atteindre est nécessaire à la réalisation correcte d’une habileté motrice :
    • travail de co-évaluation entre pairs,
    • nombreux feed-back positifs en valorisant les réussites,
    • identification des erreurs par rapport aux critères de réalisation ;
  • gérer et individualiser la difficulté des tâches de sorte que celles-ci posent un problème à chaque apprenant tout en étant accessible à celui-ci :
    • éléments gymniques déclinés en niveau d’exécution pour permettre à chaque élève de travailler en fonction de ses capacités ( voir les fiches de travail) ;
    • Formes de groupement.

3) la leçon
En gymnastique la leçon consiste à construire des compétences :

    • par une multitude d’actes, de répétitions ;
    • par une multitude d’ajustements progressifs ;
    • par une préparation physique spécifique visant à augmenter la force et la souplesse.

Plan de la leçon

Eléments de progressivité de la 6ème, la 5ème et la 4ème

les programmes de l’école primaire invitent les enseignants à effectuer les débuts d’apprentissage à l’aide de parcours permettant la découverte des différents agrès. Les agrès sont exploités à partir de verbes d’action dès lors l’enfant explore les possibilités d’actions. L’enseignant répertorie les réponses des élèves et propose une complexification des tâches. Un véritable environnement aménagé est organisé pour faciliter les apprentissages et mettre en place la sécurité.

1) Cycle d’adaptation
Programme de la classe de 6ème : Activités gymniques

  • adapter sa motricité aux différents appareils dans des situations inhabituelles : monter sur, se balancer, tourner autour, franchir, sauter, se renverser, se réceptionner dans les chutes ;
  • construire les positions et postures essentielles à l'activité (appuis, suspensions...) ;
  • présenter des difficultés simples avec une intention esthétique ou acrobatique ;
  • produire une continuité des actions réalisant, le cas échéant, une interaction entre le corps, les engins et la musique.
    Commentaire :
    l'élève investit l'espace dans toutes ses dimensions.

Accompagnement des programmes
« L’activité proposée sera une gymnastique de « forme scolaire » ou le multi-agrès sera préféré au travail spécifique à chaque agrès… On re cherchera la construction des postures et positions essentielles. On amènera l’élève à transformer sa conduite motrice au travers de la réalisation d’actions motrices : tourner, sauter, se renverser…
Environnement matériel riche et choix des formes à produire en référence à une logique d’initiation »
Démarches
Les orientations retenues en primaire sont développées, pratique multi-agrès et une organisation par atelier
A ce stade, les apprentissages restent dépendants des bonnes habitudes prises en début de progression. Les éléments simples sont intégrés impérativement de façon correcte. Ils serviront de base à la construction d’habiletés plus complexes et conditionneront les progrès ultérieurs.
La première étape consistera en une familiarisation, une exploration, une découverte…pour ensuite canaliser et produire des réponses plus conformes au code gymnique :
Passage d’un parcours multi-agrès en utilisant des verbes d’action ( tourner, sauter, se renverser, s’appuyer…) à une approche plus spécifique de la gymnastique :

  • découverte de la famille d’actions gymniques ;
  • exécution globale et réussite aléatoire de l’élément ;
  • exécution maîtrisée de l’élément isolé.

En classe de 6ième nous privilégierons l’élément avant de passer à l’enchaînement d’actions.

2) Cycle central
Programme du cycle central : Activités gymniques

  • construire la position de référence : appui manuel renversé ;
  • prendre et tenir des positions de référence, passer de façon dynamique d’une position à d’autres ; reproduire des formes techniques et en produire de nouvelles ;
  • construire des repères spatio-temporels d’ordre visuel, auditif et proprioceptif dans des actions inhabituelles (acrobatie, espace aérien) ;
  • coordonner des actions de plus en plus complexes, successivement ou simultanément ;
  • savoir composer un enchaînement, dans un espace donné, en utilisant un ensemble d’éléments permettant de diversifier le choix et l’articulation des difficultés entre elles ;
  • assumer sa silhouette dans ou devant un groupe ; lier efficacité et esthétique.
    Commentaire : il s’agit de donner à l’élève la possibilité de s’engager en sécurité physique et affective dans des situations inhabituelles qui provoquent des réactions émotionnelles, notamment de peur, face à des dangers perçus au plan physique ou de crainte face à l’échec ou aux jugements des autres élèves.

Accompagnement des programmes
Pratique multi-agrès.
Spécification progressive des contenus ; éléments gymniques identifiables et reconnaissables par tous.
L’environnement matériel sera toujours riche.

Démarche :

  • exécution maîtrisée de l’élément isolé ;
  • réussite de l’élément dans une suite restreinte ;
  • réussite de plusieurs éléments dans un enchaînement.

Du cycle d’adaptation au cycle central

 

Académie de Poitiers
Courriel :  webEPS
Dernière mise à jour : 05-Oct-2006