Le mémoire professionnel

 

Le mémoire ne doit pas être une simple narration d’un travail personnel sans analyse ni réflexion critique. Il ne peut pas être non plus une réflexion théorique ou historique extérieure à l’expérience du professeur stagiaire.

 

3.1 Le plan du mémoire

Le plan du mémoire ne doit donc pas suivre le cheminement personnel de son auteur. Il ne faut pas essayer de raconter ce qu'on a patiemment "collecté" tout au long de son travail de recherche. Le mémoire n'est pas un journal de bord. Il s'agit au contraire, d'opérer une sélection rigoureuse des informations recueillies - qu'elles proviennent des lectures, des observations faites en classe ou d'une réflexion personnelle – et de rédiger un texte convaincant pour les lecteurs. Ce texte devra comporter dans tous les cas un titre, une introduction, plusieurs chapitres articulés de manière logique et une conclusion, auxquels on a ajoutera une table des matières (ou un sommaire), une bibliographie et éventuellement des annexes.

 

Plan possible pour un mémoire

  Sommaire

INTRODUCTION

I. PROBLÉMATIQUE

  • l’état actuel de la réflexion sur le sujet
  • définition du problème
  • formulation d'hypothèses

II. MISE EN OEUVRE PEDAGOGIQUE

  • choix de l'expérience pédagogique
  • déroulement de l'expérience (situations pédagogiques)
  • recueil des résultats (évaluation pédagogique)

III. ÉTUDE CRITIQUE

  • interprétation et relativisation des résultats
  • comparaison avec les résultats de la littérature

CONCLUSION

Bibliographie

  • Annexes
 

 

Le titre définit le sujet. Plus il sera précis, plus il sera compréhensible. Un titre trop vaste est mal perçu, surtout si le mémoire est peu épais.

Le sommaire (placé au début du mémoire) ou la table des matières (située à la fin du mémoire) décrit le plan du mémoire en indiquant les chapitres, les sous chapitres et la pagination correspondante. La présence de la bibliographie et des annexes doit être signalée dans le sommaire.

L'introduction est la partie qui explique au lecteur la philosophie générale du mémoire. Elle doit indiquer le point de départ, les raisons qui ont dicté les choix, définir au moins rapidement le sujet (déjà annoncé dans le titre du mémoire) et annoncer la suite. Il est bon que le lecteur puisse avoir dès l'introduction une certaine idée de ce qui sera développé dans la suite (le mémoire n'est pas un roman policier où l'énigme ne sera résolue qu'à la dernière page). Ainsi il est tout à fait possible (voire souhaitable) de présenter au moins dans ses grandes lignes la problématique et les procédures d'investigation utilisées.

Les chapitres se suivent dans l’ordre du plan adopté ; les chapitres et sous chapitres doivent être soigneusement numérotés.

La conclusion doit apporter les réponses aux questions posées dès l'introduction, elle doit aussi revenir sur les contenus essentiels du mémoire en montrant l'intérêt, mais aussi les limites inévitables du travail présenté. Elle ouvre ainsi des perspectives, des prolongements possibles ; elle peut déboucher sur une nouvelle problématique.

La bibliographie située après la conclusion et avant les annexes regroupe les références de toutes les publications citées dans le texte.

L'utilisation d'annexes permet de ne pas alourdir le corps principal du mémoire.

L'usage de remerciements n'est pas systématique pour les mémoires en I.U.F.M. On pourra se conformer aux usages locaux.

Le texte est généralement tapé au recto et souvent en double interligne. Toutes les pages écrites sont numérotées.

Rappelons quelques règles typographiques

Chaque signe de ponctuation est suivi d'un espace. Certains signes (point virgule, deux points, point d'exclamation, point d'interrogation, tiret) sont en plus précédés d'un espace.

En revanche, les tirets correspondants au mot composé ne doivent pas comporter d'espace.

D'autres signes typographiques respectent également certaines règles. Les parenthèses et les guillemets sont précédés d'un espace.

 

3. 2 Le découpage des chapitres

Le découpage des chapitres pourra (mais ce n'est pas obligatoire) respecter la succession logique couramment retenue pour toute publication d'un travail de recherche scientifique : (définition du problème, méthodologie retenue pour la recherche, résultats de la recherche, interprétation des résultats

Le terme problématique doit être compris de la façon suivante : état des connaissances et des questions sur un domaine. La partie "problématique" comprend à la fois les résultats d'une recherche documentaire "exposé de la problématique" qui constitue la partie "théorique" du travail et un développement plus personnel. Celui-ci permet de définir le problème étudié dans le mémoire et débouche sur une action pédagogique.

La partie "mise en œuvre pédagogique" (expérimentation pédagogique) décrit le dispositif pédagogique utilisé pour vérifier les hypothèses : caractéristiques des classes utilisées, description des situations pédagogiques, procédures d'évaluation, résultats de l'expérimentation. Pour éviter de donner un aspect trop descriptif (et narratif) à cette partie, on reportera certains éléments en annexe.

La partie "étude critique" est consacrée à l'interprétation des résultats obtenus par l'expérimentation pédagogique. Il s'agit en général d'interpréter les résultats des différentes procédures d'évaluation utilisées en classe.

Quel que soit le plan retenu, il doit y avoir cohérence entre celui-ci et le contenu du texte : le plan révèle la logique d'exposition du mémoire. D'autre part, il faut prendre garde à ne pas trop couper les aspects théorique et pratique du travail : l'articulation théorie - pratique doit apparaître clairement dans l'ensemble du mémoire.

 

3.3 Quelques conseils pour la rédaction

Il est souhaitable d’écrire la conclusion d'abord quand l'étude paraît suffisamment avancée. Comme elle contient l'essentiel des idées qui sont développées dans le mémoire, elle permet d'orienter et de structurer la rédaction de l'ensemble (une première partie résume l'essentiel du travail : constats, confrontation avec les auteurs, hypothèses, éléments représentatifs de l'expérience pédagogique, une seconde partie expose quelques perspectives pédagogiques, élargit les résultats trouvés à d'autres domaines voisins). La rédaction de cette conclusion est primordiale. Le lecteur commence la plupart du temps par la lire avant de regarder le reste du travail.

Il est également important de travailler l’enchaînement des paragraphes.

Enfin il est absolument nécessaire de procéder à une relecture du mémoire après un temps de latence important.

retour au plan

 



auteur :   retour au sommaire
retour plan du mémoire

Académie de Poitiers
Courriel :
Dernière mise à jour : 23/06/06