Le mémoire professionnel

 

2. 1 L’articulation lecture-réflexion

Selon que le sujet sera issu d'une observation de classe ou d'une lecture, la démarche à adopter sera inverse. Si l'observation d'une situation pédagogique a déclenché la recherche, il faudra cerner le grand domaine auquel il correspond, en recherchant dans la littérature spécialisée l'ouvrage qui s'apparentera le plus au domaine de préoccupation.

Le questionnement vis-à-vis de la situation observée peut commencer en même temps que la recherche bibliographique déclenchée par elle. Quand le sujet d'étude correspond à une activité de classe en cours de déroulement (cas le plus fréquent), un retour en arrière s'impose généralement. S'appuyant sur des observations de leçons ou de séquences, il convient de porter un jugement sur le ou les procédés employés durant la séance.

La séance laisse-t-elle un sentiment de contentement ou de mécontentement ? Dans ce dernier cas, il faut se poser la question des modifications à apporter pour tendre vers un déroulement de classe plus proche de celui qui est envisagé. Si le cours ou la séquence "s'est bien passé", il faut réfléchir sur la nature des éléments qui ont conduit à cette réussite.

Si le sujet n'a pas encore été abordé en classe, il convient de se poser la question : "En quoi le contenu disciplinaire ou la méthode pédagogique envisagée peut-il s'avérer difficile à mettre en œuvre et pourquoi ?"

Cette évolution dans le questionnement permet de dégager progressivement les facteurs (paramètres) qui contrôlent ou influencent la situation d'enseignement.

Même si on dispose de réponses personnelles à ces questions, le recours aux ouvrages pédagogiques s'impose. Il est vrai que dénicher l'article qui concernera le point précis sur lequel on souhaite approfondir le sujet nécessite parfois beaucoup de temps. Ne trouver aucun livre sur son sujet doit mettre en garde contre sa validité.

 

2. 2 L’évolution dans le questionnement

Les réponses qui vont être trouvées dans les ouvrages spécialisés seront généralement différentes de celles auxquelles on s'attendait ; sinon le questionnement ne se serait pas produit. Ces réponses montrent donc que l'on n'avait pas envisagé la question sous le bon angle, mésestimé un paramètre, amalgamé des observations de nature différente, etc.

Les questions que l’on se pose sont, le plus souvent, formulées en termes généraux. Elles nécessitent d'être reprises de façon à être vérifiables dans la classe. D'un point de vue pédagogique, il faut préciser les objectifs ; d'un point de vue scientifique, il faut réfléchir aux paramètres (variables) à modifier et aux résultats observables. Pour cela, il faut envisager, conjointement la façon de préparer sa séance et les moyens de prouver son hypothèse.

Auparavant, rappelons encore une fois que ces questions ne seront peut-être pas définitives, que l'évaluation mise en place dans la classe répondra peut-être à une autre hypothèse. Le cheminement sera alors à reprendre à rebours et de nouvelles lectures devront alimenter une réflexion qui débouchera sur une nouvelle problématique (définitive celle-ci). Le stade intermédiaire consiste à formuler des questions qui trouveront leur réponse dans la conduite de la classe. Le choix de ces questions sera d'autant plus facile que l'on se sera entraîné à en formuler.

1er temps : " Comment construire un cours sur ………. ? ""

2ème temps : " Qu'est-ce que j'attends comme performances des élèves " ? (tenant compte des difficultés signalées dans les livres traitant du sujet) ?

3ème temps : "Est-ce que par……. je vais pouvoir atteindre ces objectifs et dépasser les obstacles ?"

Le premier temps concerne le problème pédagogique énoncé dans une conception de pédagogie centrée sur l'enseignant. Le deuxième temps correspond à définition d'objectifs, c'est-à-dire de comportements observables chez l'élève. Cette partie diffère d'une démarche classique en ce sens qu'il existe une prise en compte des difficultés propres au contenu enseigné et décrites dans la littérature spécialisée (problématique). La troisième étape correspond à une tentative de pédagogie innovante elle-même repérée dans les écrits traitant du sujet. Formulée sous forme d'hypothèse, cette même question devient, par exemple :

4ème temps : "L’utilisation des TICE permet d'atteindre ces objectifs et de dépasser les obstacles" (proposition à vérifier expérimentalement)

 

2. 3 Le passage à l’expérimentation pédagogique

La vérification des hypothèses passe donc par une phase d'expérimentation. Cette phase consistera, en pratique, à agir sur certains paramètres pédagogiques. Dans la pratique, on ne peut agir que sur certains paramètres, ceux qui sont liés aux choix pédagogiques de l'enseignant. D'autres paramètres sur lesquels l'enseignant ne peut pas agir interviennent pourtant dans le résultat. Leurs origines sont multiples ; elles proviennent de particularités propres à une situation ou à un groupe d'élèves. Le protocole expérimental et l'interprétation des résultats doivent s'efforcer de prendre en compte tous ces paramètres. Certains d'entre eux n'apparaîtront, de façon claire, qu'au cours de l'expérimentation.

La vérification pédagogique passe également par un recueil de données. Ces données s’appuient sur l'analyse de situations de classe qu'il faut observer. La recherche doit donc porter sur des observables, éléments discernables (comportements d'élèves, productions ou tests d'évaluation) dans le fonctionnement habituel de la classe.

Le recueil de ces données peut être issu de l’observation directe (comportement des élèves dans l’activité) ou se placer après la situation d’expérimentation (étude de productions d’élèves). La difficulté du recueil de données par l'observation directe réside dans le fait qu'il est difficile de les emmagasiner. Dans le cas de l'oral, il peut être fait appel à un magnétophone (plus difficilement à un enregistrement vidéo) qui facilite l'étude après la séquence. Dans les autres cas, il est nécessaire d'établir une grille de comportement voisine de celle qui sera utilisée dans les évaluations.

 

page suivante

 


auteur :   retour au sommaire
retour plan du mémoire

Académie de Poitiers
Courriel :
Dernière mise à jour : 23/06/06