Judaïsme, christianisme et islam :
origines et croyances fondamentales

a. Le judaïsme.

Les juifs se considèrent différents des autres peuples car Dieu, à son initiative, les a collectivement élus, faisant d’eux un peuple saint, dont l’histoire est constituée de ruptures et de passages (la racine sémitique hbr "passer" a donné le nom propre Hébreux).Elle est racontée dans l’ordre traditionnel des livres bibliques qui n’est pas celui de leur rédaction. En premier, Dieu se révèle à Abraham, à son fils Isaac puis à son petit-fils Jacob, leur promettant la terre de Canaan en échange de leur fidélité. Cette alliance, dépositaire de la promesse divine, doit établir le règne de Dieu sur Terre, apportant vie, paix et bonheur à toute l’humanité. Après bien des péripéties, Dieu conclut une alliance avec Moïse, offrant sa bénédiction à son peuple à la condition que celui-ci obéisse à la Torah (ou Pentateuque, les 5 premiers livres de la Bible) résumée dans le Décalogue (Exode 19 et Deutéronome 6). Le tétragramme YHWH, qui signifie " je suis qui je suis ", vocalisé en occident en Yahvé ou Jéhovah, ce nom imprononçable révélé à Moïse étant le seul dieu, le reste ne l’est pas et pour la première fois, l’homme n’est plus une créature sans pouvoir sur un monde intangible. Il peut transformer le monde. Cela ne va pas sans mal, le peuple d’Israel hésitant souvent entre fidélité et infidélité à l’Alliance, ce malgré les avertissements des prophètes. L’Espoir qui soutient leur existence s’exprime notamment par l’attente de l’avènement du Messie (de l'hébreu hamashiah, littéralement l’"oint" de YHWH, correspondant au grec cristoV qui a donné le terme Christ) qui, le jour fixé, les délivrera.

La Bible juive qui correspond à l’Ancien Testament des chrétiens comporte 24 livres regroupés en 3 parties : La Loi (5 premiers) ; les Prophètes (8 suivants) et les Écrits (11 derniers).

b. Le christianisme.

Le reconnaissance dans le prophète et thaumaturge Jésus de Nazareth du Messie par une partie du peuple juif provoque une scission à partir du Ier s. de l’ère chrétienne. Les chrétiens ne sont cependant pas unis. Le christianisme fourmille de sectes, d’obédiences, d’hérésies, d’églises.

La Bible chrétienne comprend à la fois l’Ancien Testament (dont le classement interne diffère légèrement de celui adopté par les juifs) et le Nouveau Testament, formé d’un ensemble de textes postérieurs à la venue de Jésus au monde. Ce dernier est constitué par les textes protocanoniques (Évangiles, Actes des Apôtres et 15 Épîtres) et deutérocanoniques (6 Épîtres et l’Apocalypse).

c. L’islam.

Celui que nous appelons Mahomet (Mohammad " le loué ") reçut la visite de l’ange Gabriel pour la première fois le jour correspondant au 22 décembre 609, puis à plusieurs reprises, 23 ans durant. Il se disait l’envoyé (Rasûl) de Dieu (Allah) auprès des hommes et lui dicta le Coran (arabe Quo’ran " lecture "), qui confirme la Bible.

Celui-ci se compose de 114 chapitres (sourates) divisés en versets (de 3 à 286) et la version officielle fut rédigée sur l’ordre du 3ème calife, Othman. Il est interdit d’en faire l’exégèse.

Au Coran s’ajoute la Sunna " tradition prophétique " (au sens littéral la " voie ", le " chemin ") qui relate les enseignements du prophète Mahomet, ses paroles et ses gestes ainsi que les débuts de la première communauté musulmane à Médine.

La Loi coranique ou charî’a comprend l’ensemble des obligations procédant du Coran et de la Sunna.

Le fiqh, le " dogme " est le droit jurisprudentiel de l’islam, consistant en une interprétation et une application concrète de la charî’a et concerne aussi bien les adorations (purifications, ablutions, prières, etc.) que les transactions (commerce, impôts, héritages, etc.)

Les Juifs et les Nazaréniens (fidèles de Jésus de Nazareth, c’est-à-dire les Chrétiens) sont considérés comme les " Gens de la Bible " ah-lil-kitab) et bénéficient donc au sein de la communauté islamique d’un statut particulier en échange d’un impôt spécial, la capitation (al-djaizïyah).

 d. Points communs et différences.

  Les origines et les croyances des 3 monothéismes sont évoquées brièvement dans les manuels, lorsqu’elles le sont. Le manuel Belin se contente de dire que " la religion d’Abraham est le plus ancien monothéisme du monde, à l’origine du christianisme et de l’islam " (p. 72). Le manuel Hachette y consacre une quinzaine de lignes assez claires (p. 66-67). Le manuel Nathan est un peu plus disert, quoique assez creux (p.28). Les meilleures pages sont celles du manuel Foucher (p.66-68), relativement accessibles et complètes pour nos élèves.

On pourra avantageusement constituer un tableau simplifié à partir d’extraits de textes, ceux proposés dans les cahiers de TP ne sont pas inintéressants, et des connaissances personnelles des élèves.


auteur :   retour au sommaire Première Bac Pro
retour au sommaire général LP

Académie de Poitiers
Courriel :
Dernière mise à jour : 23/06/06