Introduction

Les Français croient connaître l'Afrique. Il est vrai qu'ils ont encore avec une partie de l'Afrique une relation humaine et une facilité de communication que nuls autres peut-être ne possèdent au même degré. Mais malgré ces rapports personnels, qu'en savent-ils vraiment?

Quelques images de l'époque coloniale ? Des éléments folkloriques ? Des massacres au "vingt heures" du journal télévisé ? Des souvenirs de voyage ? Des affaires de sans-papier ? Hors cela, l'Afrique se réduit surtout à l'Afrique francophone. Elle a des chefs d'États qui changent sans cesse ou au contraire ne changent jamais, il n'importe, ce sont presque toujours des amis. Des amis qui coûtent cher d'ailleurs et le fait de les soutenir a contribué à dégrader l'image de la France. Mais de toutes façons l'Afrique est mal partie et l'on ne voit pas où elle pourrait arriver. S'ajoutant à l'impéritie des États, les catastrophes naturelles et les maladies - le sida maintenant - paraissent en faire le continent de la désespérance. Un continent qui serait voué à une assistance perpétuelle, assistance qui continuerait d'être largement détournée, parce que l'Afrique aurait toujours été une terre de corruption, etc.

Le plus étonnant sans doute est qu'avec cette image de l'Afrique, les Français pour la plupart d'entre eux ne remettent pas en cause notre effort en sa faveur. Mas le risque existe qu'à la longue ils se détournent d'elle, si on ne leur explique pas suffisamment pourquoi et en quoi, si l'Afrique a besoin de la France, elle nous est également nécessaire.

Certes elle est plus longue que d'autres à sortir du passé de sous-développement. Mais elle a vocation à occuper à l'avenir une place croissante avec une population de plus d'un demi-milliard d'habitants, appelée à doubler d'ici à une vingtaine d'années, avec des ressources naturelles et minières considérables (y compris le pétrole, et c'est là que se trouvent parmi les principaux fournisseurs actuels de la France), avec ici et là des marchés en expansion (la situation économique en Afrique est loin d'être uniforme avec des PNB par habitant allant de 100 à plus de 4000 dollars américains).

Sauf à se replier sur l'Europe, voire l'hexagone, la France doit continuer de trouver, dans une relation étroite avec l'Afrique, un atout majeur pour jouer pleinement son rôle dans le monde. Au reste, par leur humanité et leur sensibilité, les peuples africains sont sans doute plus proches du peuple français que beaucoup d'autres. C'est largement par eux, enfin et leur francophonie, que le français, face à l'offensive américaine, pourra conserver toute sa vitalité et la France sauvegarder sa langue.

 

page suivante


auteur :   retour au sommaire Terminale Bac Pro
retour au sommaire général LP

Académie de Poitiers
Courriel :
Dernière mise à jour : 23/06/06