Problématique

Le sujet d’étude sur "Territoires et nations du milieu du XIXè s. à nos jours" est fondamental parce qu’il place au centre de la réflexion deux notions majeures, le territoire et la nation. Il concerne tout à la fois l’Histoire, la Géographie et l’Éducation civique. Mais il est très touffu et complexe, d’autant que son étude est conditionnée par un élément nouveau, celui d’un temps que j’appellerai "long", même si un siècle et demi peut paraître bien court en histoire.

Tout le programme d’histoire de Bac Pro est bâti sur la période qui s’étend de 1850 à nos jours et est sous-tendu par une idée : la formation à la citoyenneté (voir les notions-clés mises en avant dans le programme).

Je crois qu’il faut en préambule affirmer ou réaffirmer que tout souci d’exhaustivité est à bannir et que de ce fait, la gestion du temps en classe s’en trouve facilitée d’autant que l’on travaillera avec nos élèves sur des sujets d’étude et non des questions de programme.

Alors, que dire à nos élèves et comment le dire?

Je crois qu’il y a plusieurs traitements possible, cinq au moins, sur le sujet qui nous occupe ici, des traitements aisément transposables sur les autres sujets d’étude du programme.

Premièrement, on peut s’appuyer sur trois moments forts (crises, ruptures) de la période pour en tirer des informations et des réflexions permettant de comprendre les notions et les événements mis en exergue dans le sujet :

ex. les unités nationales 1860-1870;

les décompositions/recompositions 1919-1923;

les transformations 1989-1999.

Deuxièmement, on peut isoler un fil rouge sur la période et suivre son évolution en y rattachant certains éléments connexes qui l’éclaireront tout en permettant de mieux saisir l’ensemble: ex. la Pologne et les Polonais de 1850 à nos jours.

Troisièmement, on peut étudier une situation-problème dont la richesse propre amènera à envisager progressivement les principales notions à retenir sur le sujet : ex. la guerre en Yougoslavie.

Quatrièmement, on peut entrer dans le sujet en observant les évolutions par le jeu de comparaisons pour construire petit à petit les notions-clés : ex. le modelage de l’Europe contemporaine à travers les 6 cartes énoncées dans le programme. Ce qui pourrait donner, en trois ou quatre séances :

1-Comment les nationalismes ont-ils fait passer l’Europe de 15 à 50 États en deux siècles?

2-Pourquoi le nationalisme a-t-il connu tant de succès depuis deux siècles?

3-Qu’est-ce qu’une nation?

avec une séance facultative quoique intéressante,

4-Un État multinational est-il viable (exemple : la Yougoslavie)?

Enfin, cinquièmement, on peut inverser la quatrième proposition en essayant d’abord de cerner au préalable une ou deux notions-clés -en se servant, et là je profite de notre bivalence, d’une heure de "lettres" mise au service de l’"histoire"-, pour en suivre l’évolution sur le dernier siècle et demi. La séquence précédente s’articulerait alors ainsi :

1-Qu’est-ce qu’une nation?

2-Pourquoi le nationalisme a-t-il connu tant de succès depuis deux siècles?

3-Comment les nationalismes ont-ils fait passer l’Europe de 15 à 50 États en deux siècles?

avec une séance toujours aussi facultative quoique toujours aussi intéressante,

4-Un État multinational est-il viable (exemple : la Yougoslavie)?

page suivante

 

 

 

 


auteur :Laurent Bricault   retour au sommaire Terminale Bac Pro
retour au sommaire général LP

Académie de Poitiers
Courriel :
Dernière mise à jour : 23/06/06