Chronologie Yougoslavie VIème siècle - 1999

VIe siècle
Les slaves venus des steppes russes du nord se déplacent vers l'occident. Une partie s'installe dans les régions balkaniques (les slaves du sud). Le Royaume des Bulgares est créé (680).
896 Les peuples magyars s'installent en Hongrie, et fondent un royaume catholique (1002).
925
La Croatie devient un royaume, mais reconnaît progressivement la tutelle du royaume de Hongrie (1102).
1196
La Serbie s'autonomise de l'empire byzantin et devient une principauté. Elle annexe le Monténégro et le Kosovo.
XIIIe siècle
Le sultanat ottoman se développe sur les ruines de l'empire byzantin et prend le dessus sur les autres sultanats installés sur la péninsule turque.
1273
La dynastie des Habsbourg est élue à la tête de l'empire romain germanique et développe sa puissance à partir du royaume d'Autriche.
1371
La Macédoine est rattachée à l'empire ottoman.
1389
Les serbes perdent la bataille du Champs des merles (Kosovo) et sont progressivement intégrés dans l'empire ottoman, tout comme les autres territoires des Balkans (Thrace, Bulgarie, Macédoine, Monténégro, Serbie, Bosnie, Albanie, Grèce).
1526
La Hongrie passe sous domination autrichienne, mais une partie est rattachée à l'empire ottoman avec la Croatie.
1690
Les populations serbes quittent le Kosovo, qui se peuple de musulmans.
1699
L'empire ottoman est arrêté dans son expansion par le traité de Karlowitz, et perd la Hongrie. Mais il conforte son emprise sur les territoires balkaniques.
1815
Le Monténégro devient une principauté indépendante
1830
La Grèce, après plusieurs révoltes, se détache de l'empire ottoman et devient indépendante, et la Serbie retrouve son autonomie au sein du cet empire ottoman.
1867
La Croatie est réintégrée dans l'empire austro-hongrois. Le compromis austro-hongrois issu de la révolte de la Hongrie de 1848 élève ce pays au même rang que l'Autriche dans l'empire des Habsbourgs.
1878
La Serbie devient indépendante ainsi que le Monténégro, la Bosnie est rattachée à l'empire austro-hongrois, la Bulgarie reçoit son autonomie dans l'empire ottoman (Traité de Berlin)
1908
La Bulgarie devient indépendante. L'annexion de la Bosnie à l'empire d'Autriche-Hongrie déclenche des tensions nationalistes.
1912
Première guerre balkanique contre l'empire ottoman, qui est défait. Mustafa Kemal, dit Atatürk, refonde la nouvelle Turquie. L'Albanie devient indépendante, tout comme la Macédoine.
1913
Seconde guerre balkanique entre les pays (Serbie, Monténégro, Bulgarie, Grèce.) qui se partagent les territoires de l'empire ottoman. La Serbie, le Monténégro et la Grèce voient leur territoire s'accroître, alors que la Bulgarie est fortement réduite et la Macédoine partagée entre les vainqueurs. La Bosnie Herzégovine reste austro-hongroise.
1914
Assassinat de l'archiduc François-Ferdinand d'Autriche à Sarajevo (Bosnie). Les tensions nationalistes débouchent sur la première guerre mondiale.
1918
A la fin de la guerre, l'empire austro-hongrois est démantelé. Est créé le Royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes qui comprend la Serbie, le Monténégro, la Bosnie Herzégovine, la Slovénie et la Dalmatie.
28 juin 1919
Le Traité de Versailles signé entre la France, ses alliés et l'Allemagne consacre le nouveau partage de l'Europe après la guerre.
4 juin 1920 Le Traité de Trianon enlève au royaume de Hongrie les 3/5èmes de ses terres (Transylvanie, Croatie, Slovénie, Slovaquie, Voïvodine).
1929
Le Royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes est réorganisé et devient le Royaume de Yougoslavie (le " pays des slaves du sud ").
1941
La Yougoslavie est occupée par les armées allemandes. Le maréchal croate Tito organise la résistance.
1945-46
A la fin de la guerre, le maréchal Tito fonde la République populaire fédérative de Yougoslavie composée de six républiques (Bosnie, Croatie, Macédoine, Monténégro, Serbie et Slovénie) et de deux provinces autonomes (Kosovo et Voïvodine). L'Albanie proclame son indépendance et se ferme au monde (rupture avec l'URSS en 1961 et avec la Chine en 1978).
1948
Tito rompt ses relations avec Staline (URSS) et est exclu de l'alliance communiste.
4 avril 1949
Signature du Traité de l'Atlantique nord à Washington qui créé l'OTAN.
1955
Création du Pacte de Varsovie à la suite de l'entrée de la RFA dans l'OTAN. Khroutchev (URSS) rétablit les relations entre la Yougoslavie et l'alliance communiste
1961 
Construction du Mur de Berlin. L'Europe est coupée en deux camps.
1963
La Yougoslavie prend le nom de République socialiste fédérative de Yougoslavie
1974
Une nouvelle constitution yougoslave renforce les droits et pouvoirs des républiques fédérées et des provinces autonomes.
4 mai 1980
Mort du maréchal Tito. A sa place, la présidence de la Fédération yougoslave est collégiale. Premières tensions au Kosovo, répression contre des manifestants kosovars nationalistes. Slobodan Milosevic fait ses premières armes en politique (1984).
février 1989
Par une modification de la Constitution, le Kosovo et la Voïvodine sont annexées à la Serbie. Rapidement, devant les protestations de la population, l'état de siège est décrété au Kosovo.
juillet 1989
Slobodan Milosevic est élu président de la Serbie. L'anniversaire de la bataille du Champ des Merles (1389) donne l'occasion de discours très nationalistes.
septembre 1989
Devant la politique nationaliste de Slobodan Milosevic, la Slovénie déclare son territoire inviolable et son droit à sécession.
novembre 1989
Chute du Mur de Berlin. Les pays de l'ancien bloc communiste réorganisent leurs régimes politiques.
avril 1990
L'état de siège est levé au Kosovo. Des prisonniers politiques sont libérés, mais la tension nationaliste entre serbes et kosovars persiste.
juin 1991
La Slovénie et la Croatie proclament unilatéralement leur indépendance vis à vis de la Yougoslavie. Les armées fédérales de Slobodan Milosevic envahissent la Croatie.
1991
Dissolution du Pacte de Varsovie.
septembre 1991
La Macédoine proclame unilatéralement son indépendance. Face à l'opposition de la Grèce sur l'utilisation de ce nom, elle devient provisoirement la Former Yugoslavian Republic Of Macedonia (FYROM).
octobre 1991
Le Parlement de Bosnie vote pour l'indépendance de son pays.
janvier 1992
Référendum clandestin des albanais de Macédoine pour leur autonomie.
mars 1992
Par référendum, le Monténégro accepte la création de la nouvelle République fédérale de Yougoslavie avec la Serbie (dont la Constitution est proclamée le 27 avril)
avril 1992
Lors d'un référendum, 68% de la population bosniaque vote pour l'indépendance. Le 6 avril, la Communauté européenne reconnaît l'indépendance de la Bosnie. La guerre est déclenchée et oppose les musulmans bosniaques, et les croates et serbes de Bosnie aidés par l'armée fédérale yougoslave. Des négociations sont organisées par l'ONU qui prépare l'envoi des " casques bleus " de la FORPRONU.
mai 1992
La Bosnie Herzégovine est admise à l'ONU, comme le sont la Croatie, la Slovénie et la Macédoine.
septembre 1992
La nouvelle République fédérale de Yougoslavie, qui ne comprend plus que la Serbie et le Monténégro, est exclue de l'ONU.
1992
Le Parlement du Kosovo vote pour l'indépendance du pays, sans effets. Des élections clandestines sont organisées pour élire un nouveau parlement, et Ibrahim Rugova est élu président, également clandestin.
janvier 1993
Conférence internationale de Genève pour trouver un accord sur la guerre en Bosnie.
décembre 1995
Après plusieurs années de négociation et de sinistres opérations militaires de " purification ethnique ", serbes, croates et bosniaques musulmans signent à Paris les accords qu'ils ont élaborés à Dayton (Etats-Unis). Ces accords reconnaissent l'indépendance de la Bosnie Herzégovine dont le territoire est réparti en une fédération croato-musulmane et une république serbe de Bosnie, mais ne prévoient pas le règlement de la question du Kosovo où les serbes multiplient leurs agressions. Les troupes de l'IFOR sous commandement de l'OTAN sont déployées en Bosnie pour assurer le respect de ces accords de paix.
février 1996
Une série d'attentat est commise par l'Armée de Libération du Kosovo (UCK) qui se manifeste ainsi pour la première fois.
septembre1996
Signature au Kosovo d'un accord entre Slobodan Milosevic et Ibrahim Rugova pour mettre fin à la politique de ségrégation et d'apartheid dans les universités et l'administration. Ces accords ne seront pas suivis d'effets, et les populations kosovares continuent de subir des pressions et agressions du pouvoir serbe.
novembre 1996
A la suite d'élections municipales, l'opposition à Slobodan Milosevic (coalition Ensemble) remporte plusieurs victoires en Serbie, notamment à Belgrade et à Novi Sad. Le Président serbe ne reconnaît pas ces résultats et annule les élections. De grandes manifestations vont avoir lieu dans tout le pays contre Slobodan Milosevic pendant plus de trois mois . 
janvier 1997
Crise bancaire en Albanie. Le pays sombre dans la guerre civile. Le président Berisha en appelle à l'aide internationale.
mai 1997
Envoi de troupes de l'OSCE en Albanie sous commandement italien pour protéger l'aide humanitaire envoyée par les pays occidentaux et conforter la paix (jusqu'en août).
mai 1997
Rapprochement de la Russie et de l'OTAN qui signent un accord. L'OTAN s'ouvre à trois pays d'Europe centrale (Hongrie, République Tchèque, Pologne).
juillet 1997
Slobodan Milosevic est élu président de la République fédérale de Yougoslavie. 
juillet 1997 
Le président de l'Albanie, Berisha, quitte son poste à la suite d'élections remportées par le parti socialiste (il mènera une opposition violente à ce régime à partir de février 1998).
octobre 1997
Violentes manifestations anti-serbes au Kosovo pour demander le respect des accords sur l'éducation signés en septembre 1996 par Milosevic. La répression se poursuit.
novembre 1997
La France et l'Allemagne demandent à Milosevic de cesser ses violences au Kosovo et de reconnaître l'autonomie de cette région. Ils alertent la communauté internationale.
décembre 1997
M. Milutinovic, allié de Milosevic, est élu président de la République serbe lors d'élections contestées.
janvier 1998
Entrée en fonction du nouveau président de la République du Monténégro, Milo Djukanovic, qui se détache de Milosevic.
mars 1998
Ibrahim Rugova est réélu clandestinement " président " du Kosovo. Des vagues de réfugiés du Kosovo arrivent aux frontières des pays voisins. La communauté internationale envisage une option militaire pour rétablir la paix devant les nouvelles du nettoyage ethnique mené par le pouvoir serbe. La Chine et la Russie s'y opposent à l'ONU. Le 31 mars, l'ONU décrète l'embargo sur la livraison d'armes à la Yougoslavie. Les ultra-nationalistes sont au pouvoir en Serbie.
avril 1998
Milosevic organise et remporte un référendum en Serbie qui s'oppose à toute intervention internationale dans le conflit du Kosovo qualifié de " conflit interne ".
mai 1998
Le Groupe de Contact (France, Grande Bretagne, Etats-Unis, Allemagne et Russie) décrète l'embargo sur les investissements financiers en Serbie et au Monténégro. Des premières négociations ont lieu entre Slobodan Milosevic et Ibrahim Rugova, organisées par la communauté internationale. Les combats sur place s'intensifient sous l'action de l'UCK qui conteste ces négociations et étend son emprise dans le pays.
juin 1998
Ibrahim Rugova en visite à Washington en appelle à une protection internationale du Kosovo. L'UCK prône la lutte armée. Le Haut Commissariat aux Réfugiés de l'ONU dénombre déjà plus de 50 000 réfugiés du Kosovo. La police serbe accentue sa répression. Un ultimatum est lancé par le Groupe de Contact, et un négociateur américain rencontre Milosevic. L'OTAN rejette la demande d'Ibrahim Rugova de reconnaître l'indépendance du Kosovo.
juillet 1998
Le Parlement clandestin du Kosovo reconnaît la légitimité de la lutte armée de l'UCK.
août 1998
Adem Demaqi, " représentant politique " de l'UCK, exprime son désaccord avec la politique de négociation d'Ibrahim Rugova et prône l'indépendance. La Russie et la Chine s'opposent à l'ONU au projet de résolution de la France et de la Grande Bretagne qui envisage des sanctions militaires au Kosovo.
septembre 1998
Milosevic offre aux kosovars la reprise des négociations sur l'autonomie du Kosovo. Mais devant la poursuite des agressions serbes, l'ONU adopte la résolution 1199 qui exige le cessez-le-feu et le retrait des troupes serbes (23 septembre). La sonnette d'alarme est tirée par le Haut Commissariat aux réfugiés sur l'exode des populations du Kosovo. Devant le blocage de l'ONU par les russes et les chinois, les américains se tournent vers une réponse par l'OTAN.
octobre 1998
Un plan de paix proposé à Milosevic par les négociateurs occidentaux prévoit une autonomie et non l'indépendance du Kosovo. En cas de refus, l'OTAN se prépare à intervenir. Slobodan Milosevic signe un accord sur l'autonomie du Kosovo (14 octobre) et retire ses troupes. L'OTAN désactive son plan d'intervention aérienne, et 1500 observateurs non armés de l'OSCE sont envoyés sur le terrain pour vérifier le respect des ces accords. Ils sont appuyés en Macédoine par les " forces d'extraction " de l'OTAN. La Résolution 1203 de l'ONU (24 octobre) appuie les accords signés, sur la base du chapitre VII de la Charte des Nations Unies (qui permet des actions militaires). L'UCK, armée clandestine nationaliste du Kosovo, critique l'accord entre Milosevic et Rugova qui ne prévoit toujours pas d'indépendance. Les réfugiés continuent de quitter la région.
novembre 1998
Rupture des Coordonnateur des ressources entre Milosevic et Rugova. Les combats reprennent.
décembre 1998
Devant la reprise des combats, un nouveau plan de paix est proposé par les négociateurs occidentaux, mais il est rejeté par les serbes et les kosovars. Les Coordonnateur des ressources internationaux reprennent pour rétablir le calme, alors que les violences continuent au Kosovo.
février 1999
Kosovars et Serbes se retrouvent à Rambouillet, près de Paris, dans une réunion organisée par la France et la Grande Bretagne. Des accords sont préparés et prévoient d'accorder une " autonomie substantielle " au Kosovo. Si Milosevic semble approuver ce plan, l'UCK s'y oppose et revendique une complète indépendance. Ces accords ne sont pas signés et la réunion débouche sur un échec.
mars 1999
Nouvelle réunion à Paris des délégations serbes et kosovares. Cette fois-ci, Milosevic refuse tout accord, même sur les points acceptés en février, et l'UCK accepte le plan proposé qui prévoit son désarmement et toujours une seule " autonomie substantielle " du Kosovo. Devant l'échec des négociations, les observateurs de l'OSCE postés au Kosovo quittent le pays (20 mars). Une dernière tentative de négociation avec Milosevic échoue. L'OTAN se prépare à une action militaire. Le 24 mars, les troupes de l'OTAN et ses alliés commencent leurs raids aériens sur Belgrade, sur les principales villes du pays et au Kosovo pour forcer Milosevic à se retirer de la province. L'exode des réfugiés prend des allures dramatiques dans les pays frontières (Albanie, Macédoine).
avril 1999 Les frappes aériennes de l'OTAN s'intensifient sur tout le territoire yougoslave et visent principalement des objectifs militaires, économiques (ponts, raffinerie de pétrole, centrale électriques...) et politiques (Q.G. du parti socialiste yougoslave, émetteurs et bureaux de télévision...). Certaines populations civiles serbes sont néanmoins touchées. Le nombre des réfugiés kosovars devient chaque jour plus important (on l'estime à la moitié de la population). Toutefois, le régime de Slobodan Milosevic résiste et continue ses exactions au Kosovo, malgré des tentatives de médiation russe. Les membres de l'OTAN réunis à Washington pour le 50ème anniversaire de l'Organisation adoptent un " nouveau concept stratégique " sur l'utilisation de ses forces armées.


source : CNDP retour à la liste des documents

Académie de Poitiers
Courriel :
Dernière mise à jour : 23/06/06