Vocabulaire pédagogique


Acquis

(La reconnaissance des)

La prise en compte personnelle, sociale et institutionnelle des acquis au cours de la vie s'impose progressivement, bien que difficilement et différemment selon les pays, comme un des principaux problèmes de la formation permanente, de l'orientation continue et de la gestion des ressources humaines. Le traitement de ce problème triplement charnière, aux niveaux psycho-social mais aussi épistémologique et temporel, ne fait que commencer. Il se situe dans une perspective constructiviste historique renouvelant les problématiques philosophique, psychologique et pédagogique de l'inné et de l'acquis, du tout ou du rien.

L'inné

Se dit d'un caractère présent, manifestement ou potentiellement, à la naissance. Les caractères innés ainsi définis peuvent donc résulter d'acquisitions réalisées pendant la période intra-utérine. Cependant il est devenu courant de restreindre l'usage du terme et de considérer que les caractères innés sont déterminés par le patrimoine génétique, indépendamment de tout apprentissage et de toute influence du milieu. Ainsi défini « inné », s'oppose à «acquis ». L'opposition entre les caractères innés et les caractères acquis doit être soigneusement relativisée. La plupart des conduites propres à l'espèce, que l'on retrouve chez quasiment tous les individus, ne peuvent être expliquées que par la prise en compte simultanée de facteurs héréditaires et de facteurs de milieu en interaction : la compétence à parler est innée, présente à la naissance chez tous les individus, mais les langues s'apprennent. Les différences entre les individus s'expliquent à la fois par des différences innées et par des différences acquises. Les influences de l'hérédité se manifestant différemment selon les propriétés du milieu, et les influences du milieu différemment selon les caractères héréditaires (interaction), il n'est pas possible de quantifier les poids respectifs de l'inné et de l'acquis.

Michel Huteau

 

Le prérequis

 

 

Connaissances indispensables pour aborder avec de bonnes chances de réussite un apprentissage nouveau. Test de prérequis : test effectué au début d'une action ou d'une séquence de formation pour vérifier que les élèves possèdent bien les prérequis nécessaires

La capacité

C’est un ensemble d’aptitudes que l’individu développe dans une situation d’apprentissage :
* elle a un caractère transversal,
* elle ne peut ni s’évaluer, ni s’enseigner,
* elle se cultive, se développe tout le temps.
Exemple : s’informer, analyser, communiquer, traiter, réaliser, apprécier, contrôler.

Une compétence
C’est organiser et utiliser un ensemble de savoir, de savoir-faire et de savoir être permettant de réaliser une opération, une activité dans un contexte donné.
* elle a un caractère global et implique des capacités.
* elle est observable et évaluable dans un contexte donné.
Le savoir
C’est une connaissance acquise ou à acquérir. Exemple : une formule, une règle, une procédure…
Un savoir associé
C’est un ensemble de connaissances acquises ou à acquérir qu’il est nécessaire de maîtriser pour mettre en æuvre une compétence.
Un savoir-faire
C’est un ensemble de gestes, de procédures, de méthodes nécessaire pour accomplir une tâche.
Il s’exerce dans un conteste précis et peut être associé à des performances.
Un savoir être
Attitude vis-à-vis d’un individu, d’un objet, d’une idée, d’une activité.
Exemple : être motivé, se montrer solidaire, être rigoureux, avoir du goût pour le travail bien fait.
L’objectif
C’est un énoncé décrivant le résultat attendu à la suite d’une action.
L’objectif opérationnel
C’est l’énoncé d’une intention décrivant ce que l’élève devra acquérir (savoirs, savoir-faire, et/ou savoir être) à la fin d’une formation.
Cet énoncé décrit :
* la performance de l’élève par un comportement observable,
* les conditions dans lesquelles le comportement escompté doit se manifester,
* le niveau d’exigence, les critères qui serviront à l’évaluation de l’apprentissage.
L’évaluation
C’est le processus qui permet de juger un travail fourni, à partir d’un objectif et en vue de prendre une décision.
Cette décision peut-être :
* de proposer de nouvelles activités,
* de revoir la stratégie de la séquence,
* de revoir l’objectif de l’activité,
* de passer à la séquence suivante.
L’évaluation formative
C’est une évaluation qui permet de vérifier le niveau d’acquisition, pendant, après une séquence. C’est un outil de diagnostic des difficultés et des réussites.
Lors de ces évaluations, l’élève a le droit de se tromper. Les erreurs, les blocages sont exploités par le professeur pour ré-expliquer.
C’est un moment privilégié de dialogue qui doit permettre :
* à l’élève de savoir où il en est,
* au professeur de proposer :
* des activités d’aide aux élèves en difficulté,
* des activités plus complexes aux élèves performants.
L’évaluation sommative
C’est l’évaluation qui permet de faire le bilan des acquis.
Quand le professeur considère l’entraînement suffisant, il propose une évaluation ou l’élève doit montrer qu’il a atteint l’objectif, sans droit à l’erreur.
L’évaluation sommative peut se traduire par une note ou une reconnaissance des acquis.
auteur : Pierrette Robin  
retour au sommaire
retour accueil

Académie de Poitiers
Courriel :
Dernière mise à jour : 29/01/07