Louis XIV et Versailles

1. Entrées programmes

2. L'essentiel sur la question

3. Documentation

4. Pédagogie

5. Etude d'un document: Portrait de Louis XIV par Rigaud

1. Entrées programmes :

  • Histoire, cycle 3 de l'école élémentaire.
    Partie 4 - Du début des temps modernes à la fin de l'époque napoléonienne (1492-1815).
    La monarchie absolue en France : Louis XIV et Versailles. "Le règne de Louis XIV voit l'apogée de la monarchie absolue, fondée sur le pouvoir de droit divin du roi et sur une société inégalitaire réparti en ordres. Certains en sont totalement exclus : paysans très pauvres et errants sur les routes. Le contraste est fort avec le faste de Versailles. Le Roi s'entoure d'artistes et de grands écrivains."
  • Histoire collège, Quatrième.
    Partie I.2 : La monarchie absolue en France. "L'étude de la monarchie française permet de montrer comment le principe du droit divin légué par la tradition se combine avec la création de structures étatiques modernes. Parallèlement est rappelé le principe de l'organisation de la société en trois ordres."

2. L' essentiel sur la question:

  • L' apogée de la monarchie absolue de droit divin.
    La monarchie absolue est le système politique dominant en Europe au XVIIème siècle. La France de Louis XIV en est la meilleure illustration. Poursuivant un processus entamé par ses prédecesseurs, Louis XIV affirme une conception de la monarchie fondée sur la toute puissance du roi "lieutenant de dieu sur terre" et incarnation de l' Etat.
  • Versailles
    Afin d' asseoir son autorité, le roi dispose d'un appareil d'Etat centralisé et efficace et du pouvoir de distribuer charges et pensions. Louis XIV et la Cour s'installent à Versailles où se déroulent fêtes et spectacles grandioses, le roi accordant sa protection aux écrivains, savants et artistes. Le château de Versailles, où toute la vie est réglée par une étiquette précise, est le "mémorial du roi" (G. Sabatier) car Louis XIV y est partout se présentant comme le souverain parfait, idéal, tel qu'on le retrouve dans toute l' Europe depuis plus de deux siècles.
  • Une société inégalitaire
    La société française à l'époque de Louis XIV est organisée selon la tradition médiévale en trois ordres (clergé, noblesse, tiers-état). Au-delà de cet héritage, les réalités sociales de l'époque en donnent une lecture plus complexe : éclatement du clergé, perte de prestige social de la noblesse, progression de la bourgeoisie qui rivalise avec la noblesse, misère d'une grande partie du peuple.

3. Documentation :

Professeur :

  • SABATIER Gérard : Versailles ou la figure du roi, Paris, Albin Michel, 1999.
  • "Versailles et Louis XIV, le miroir de l'absolutisme", TDC, n° 687, janvier 1995.
  • "Louis XIV et Versailles", TDC, n° 850, février 2003. 
  • "Louis XIV et la guerre : la gloire des armes, TDC, n° 731, mars 1997.
  • "Louis XIV et la monarchie absolue", Documentation par l'image, Nathan, 1997
  • "Le règne de Louis XIV", J. Aldebert, La Documentation photographique n° 6 095 (1988)
  • "Versailles", Les collections de l' Histoire, juillet 1998.

Elèves :

  • PUIG O. : Versailles, un château pour la gloire, Castermann-RMN, 1990
  • ALBERT Jean-Paul : A Versailles au temps de Louis XIV, Nathan, Monde en poche, 1988.
  • CONSTANS Claire : Versailles, château de la France et orgueil des rois, 1989 , collection découvertes Gallimard (n° 61).
  • Complot à la cour du roi soleil, CD ROM Versailles, RMN, Canal+ Cyro.
    Jeu d'aventure avec reconstitution du château de Versailles en images de synthèse comme à l'époque du Roi Soleil. Reconnu d' intérêt pédagogique par le ministère.L'énigme invite l'utilisateur à voyager dans le Versailles du XVIIème siècle et l'on peut enrichir ses connaissances grâce à une base documentaire thématique sur Versailles.

Littérature Jeunesse :

  • PIETRI Anne : L'espionne du Roi-Soleil, 2002, Bayard jeunesse (Les littéraires)
  • RUFFIEUX Jean-Marie : Une journée du roi-Soleil, album historique illustré, CE2 CM1 CM2, L'Ecole des Loisirs, 1996

Web

4. Pédagogie :

5. Etude d'un document : Le portrait de Louis XIV par Rigaud.

  • Le documen: : Louis XIV, Huile sur toille, 1701, Musée du Louvre, 2,77m sur 1,94m .
    Le portrait, conservé au Musée du Louvre, est reproduit sur plusieurs sites internet. Le mieux est d'aller directement sur le site du Louvre où l'on pourra trouver aussi des détails du tableau (http://cartelfr.louvre.fr/cartelfr/visite?srv=car_not_frame&idNotice=8817).
    Le portrait se retrouve dans la plupart des manuels, avec des légendes diverses :
    "Louis XIV, peinture de l'école française du XVIIème siècle (musée de Versailles)". Il s'agit de la copie du tableau réalisée en 1702;
    " Louis XIV, le Roi-Soleil. Tableau de Rigaud, 1701, musée du Louvre";
    " Louis XIV en costume de sacre. Tableau de Rigaud, Musée du Louvre, Paris";
    " Louis XIV en costume de sacre (1701), par Hyacinthe Rigaud (1659-1743), musée de Versailles";
    Des reproductions de taille et de qualité diverses. Généralement, les dimensions réelles du tableau ne sont pas indiquées. Or, avec un tableau de 2,77m sur 1,94m, Louis XIV mesure plus de 2 m contre 1,6 m dans la réalité.
  • Histoire du tableau : Tableau commandé en 1701 pour être offert au roi d' Espagne Philippe V, petit fils de Louis XIV, le tableau a finalement été conservé à la Cour où il plaisait. Il était exposé dans la chambre du roi puis dans la salle du trône. Louis XIV avait exigé que l'on se découvre devant le tableau et qu'on ne lui tourne jamais le dos comme pour lui-même. Le tableau a été exposé au salon de 1704, puis il est resté dans les collections royales, ce qui explique sa présence dès 1793 au Muséum central des arts de la République, futur musée du Louvre.
  • L'auteur, Hyacinthe Rigaud. Membre de l'académie royale de peinture et de sculpture (créée par Louis XIV qui met l'art à son service) en 1700, il en deviendra le directeur en 1733. Portraitiste réputé, il réalise pour la famille royale le portrait de Monsieur, frère du roi en 1688 et celui de son fils, Louis-Philippe d' Orléans en 1689. Rigaud peint une première fois Louis XIV en armure en 1694 (musée du Prado).
    L'importance des commandes fait que Rigaud travaille en atelier avec des aides. Chacun a sa spécialité : tête, corps, tissus, accessoires, décor. Le roi pose uniquement pour la réalisation d'une esquisse de son visage rélaisée par Rigaud, reportée ensuite sur la toile. Ceci explique que les jambes, ne sont pas celles d'un homme âgé (le roi a 73 ans à l'époque), comme le montre son visage, mais d'un jeune.
  • Intérêt du tableau pour l' historien :
    On retrouve sur ce tableau tous les symboles de la royauté (regalia), reçus lors de la cérémonie du sacre à Reims.
    • Le grand manteau du sacre fleurdelysé doublé d'hermine. Le lys est symbole de pureté. Lys souvent associés au bleu azur. Le bleu est le symbole de la vierge. Dans l'iconographie chrétienne, la vierge porte toujours un manteau bleu. On veut souligner la protection que la Vierge accorde  au roi de France.
    • L'épée, que le roi porte au côté gauche. Elle symbolise le pouvoir militaire du roi, faisant du roi le chef des armées, décidant de la guerre et de la paix. C'est l'épée de Charlemagne.
    • Le sceptre royal, tenu par le roi dans la main droite, à l'envers, comme une canne. Le sceptre symbolise le pouvoir, le commandement. Il prolonge la main droite du roi, la main de l'action, de l'exécution des décisions.
    • La couronne royale. Posée sur un coussin de velours au pied du sceptre. Couronne fermée, en or, ornée de 48 pierres précieuses, c'est le symbole de la supériorité du roi.
    • La main de justice, posée près de la couronne. Bâton d'or terminé par une amin d'ivoire. Symbolise la clémence royale. Le roi est le juge suprême du royaume. Tous les sujets peuvent faire appel de leur condamnation devant lui.
    • Le collier de l'ordre du saint esprit, sur la poitrine du roi. Cet objet ne fait pas partie des regalia mais il est aussi fortement symbolique. Ordre créé par Henri III en 1578 pour fortifier la foi et la religion catholiques. La plus haute distinction sous l' Ancien régime. Au centre du collier, une colombe rappelait la descente de l' esprit saint sur Clovis lors de son baptême.

      La composition : le roi est au centre du tableau. La pose est empruntée au portrait de Charles 1er par Van Dyck (1635, musée du louvre). Mais alors que Charles Ier est appuyé sur une canne, Louis XIV s'appuie sur le sceptre, comme s'il le négligeait. De même les objets du sacre, couronne et main de justice posés sur le coussin. On est loin des représentations traditionnelles de la sculpture médiévale avec les rois portant la couronne sur la tête et tenant dans les mains le sceptre et la main de justice. Le roi regarde en direction de l'observateur, signe de la souverainteté absolue du roi qui toise ses sujets du regard.

      Le sens de ce portrait : il symbolise la majesté d'un souverain absolu de droit divin. C'est l'image solennelle que veut donner le roi à Versailles. Rigaud s'est fait une spécialité des portraits éclatants et somptueux, créant l'art du portrait d'apparat, amené à se répandre dans les cours européennes au XVIIIème siècle, à l'imitation de Versailles.

     

  • Exploitation pédagogique :

 

 

Académie de Poitiers

Votre avis, vos suggestions à propos de cette ressource : Mise à jour le : 7/06/06