Pour revenir à la page d'accueil,
cliquez sur précédent dans la barre de navigation ou fermez la fenêtre

Vocabulaire géographique autour du littoral

Benthique : qui se rapporte aux fonds de la mer. ; le benthos renvoie à l’ensemble des communautés végétales et animales vivant sur le fond de la mer.

Budget sédimentaire : concept récent qui renvoie au rapport entrées/ sorties des sédiments.

Côte d’ablation : côtes rocheuses ou à falaises subissant une érosion dominante, processus de sapement.

Côte d’accumulation : plages de sables ou galets (grève) et marais, zone de dépôts, d’accumulation de sédiment maritimes ou continentales.

Courant de jusant : flux maritime à marée descendante.

Courant de flot : flux maritimes à marée montée.

DPM : domaine public maritime (estran) => sol + sous-sol sur 12 miles

Delta de jusant : fait par marée descendant avec des courants suffisamment actifs pour évacuer le sable, delta sableux très mobile sous-marin.

Delta de flot : marée montante, découvert à marée basse.

Démaigrissement : perte de sable pour une plage.

Dérive littorale : (ou encore courant de houle) déplacement latéral des sables par rapport à la plage. Suppose une obliquité de la houle.

Diaclase : fissure dans une roche dure

Diffraction : changement de direction de la houle lié à un cap ou à une île (par contournement).

Engraissement : grain de sable pour une plage.

Enrochements : pivot d’une érosion régressive, bloque la falaise, ralentit la chute des matériaux qui nourrissait la plage et donc le démaigrissement de la plage. S’il y a une plage c’est qu’il y a mobilité de l’abrupt qui fournit des sédiments à la plage.

Epi : équipement qui, en travers d’un courant de dérive littorale, sert à piéger le sable en transit.

Estran : partie du rivage alternativement couvert et découvert au cours d’un cycle de marée.

Etale : moment, où à haute mer et à basse mer, l’eau est pratiquement immobile. L’action des courants ne se fait plus sentir.

Etiage : le plus bas niveau des eaux, le plus faible débit

Eustatisme : variations planétaires du niveau de la mer.

Falaises : escarpement littoral, recouvert de végétation, en forte pente (+ 15°) de hauteur variable au contact de la terre et de la mer et qui est dû à l’action ou à la présence marine. Abrupt façonné par les vagues.

Frayères : endroit où les poissons se rassemblent en vue de la reproduction.

GéOïde : forme de la surface des océans.

Global charge : réchauffement planétaire qui amène une augmentation du niveau de la mer.

Grève : accumulation de galets. Galets au bas d’une falaise aident au mitraillage à la base de la falaise, la destabilise donc et la masse des galets contribue au polissage de la plate-forme d’abrasion marine en roulant dessus avec la mer.

Hinterland : arrière-pays pour un port.

Houle : onde, déformation superficielle du plan de l’océan sous l’influence du vent. Elle se définit par plusieurs paramètres : la longueur d’onde (distance entre deux crêtes), la célérité (vitesse de déplacement en m/s), la période (temps de passage de deux crêtes à un point donné), l’amplitude (mesure de dénivellation verticale entre les crêtes et le creux), la direction. – houle oblique : dérive littorale–
La houle est essentielle car elle génère des vagues qui déferlent. Elle est liée au vent dont l’action est double à la côte : il provoque des sur-côtes et il entraîne les particules les + fines des plages vers l’intérieur. Il est donc responsable des accumulations dunaires.
La houle est un mode de transfert de l’énergie dont le déferlement est un élément essentiel. Avant le déferlement, la longueur d’onde diminue, la vitesse de propagation diminue (la partie avant va – vite), la cambrure s’accroît, seule la période est constante. Le déferlement est lié au fait que la base de la vague ralentit par frottement tandis que la partie haute ne connaît pas de ralentissement aussi poussé. La vague se déforme alors progressivement.

Intertidal : espace compris entre la limite haute et la limite basse des eaux dans une mer à marée

Isobathe : ligne d’égale profondeur.

Jet de rive : courant ascendant puis descendant selon la marée, qui conduit généralement à un démaigrissement en mauvaise saison et un engraissement en belle saison.

Jet de rive : montée de l’eau le long du plan de la plage jusqu’au déferlement, conduit à un tri granulométrique et à une montée de sédiments ou détritus sur les parties hautes de la plages.

Loi du 3 janvier 1986 : pour l’aménagement, la protection et la mise en valeur du territoire maritime.

Loi du 10 juillet 1975 : création du Conservatoire du littoral.

Maillage : ensemble des filets qui situent de l’appropriation et de la gestion du territoire. (maille administrative)

Marnage : différence de niveau entre la haute mer et la basse mer.

Mitage : éparpillement de constructions dans les campagnes, à proximité des agglomérations. Une des formes de péirubanisation.

Multimodalisme : procédé qui, à travers le recours à plusieurs modes de transport, permet de supprimer les ruptures de charge, de l’un à l’autre.

Musoir : extrémité d’une flèche ou d’une digue.

Mytiliculture : élevage des moules.

Nappes de retrait : écoulement laminaire qui succède au jet de rive, nouveau tri granulométrique et entraînement d’éléments vers le large jusqu’à l’infiltration de l’eau par la plage.

Plate-forme continentale : zone qui ceinture les continents et s’étend depuis le niveau des plus basses mers jusqu’à la profondeur à laquelle se produit habituellement un accroissement sensible de la déclivité.

Plate-forme d’abrasion marine : plature, platier, forme d’érosion parallèle au plan de la mer, témoigne du recul de la falaise.

Pélagique : se dit d’espèces qui vivent entre deux eaux, les thons ou les harengs par exemple, mais à des profondeurs variables selon les lieux et le moment.

POS : plan d’occupation des sols.

Oekoumène : territoire occupé par l’homme.

Radoub : bassin dans un port servant à la réparation des navires.

Réflexion : renvoi d’une onde par un obstacle ; l’angle de réflexion a la valeur de l’angle incident (une vague perpendiculaire au littoral repart perpendiculairement à la ligne de déferlement.

Réfraction : changement de direction des crêtes de houles lié à la topographie sous-marine. La réfraction se déclenche dès lors que la profondeur est égale ou inférieure à la demi-longueur d’onde de la houle (60 m de profondeur pour une longueur d’onde de 120 mètres).

Sahel : terme arabe désignant rivage. Le Sahel en tunisie est une région côtière.

Saltation : mode de déplacement des particules par bonds successifs.

Schorre : partie d’un marais maritime colonisé par la végétation. Les chorres ou pré-salés se situe au-dessus de la limite haute des vives-eaux moyennes.

Slikke : vasière nue, pratiquement submergée en permanence à marée haute, quel qu’en soit le coefficient.

SDAU : schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme

SMVM : schéma de mise en valeur de la mer.

Souille : dépression naturelle dans le lit d’un fleuve. Les souilles sont liées à l’action des courants ; elles peuvent accueillir des navires moyennant des travaux de dragage périodiques.

Subsidence : lent mouvement d’affaissement de la terre, sous l’effet de la surcharge sédimentaire dans les deltas, sous l’effet de mouvement tectoniques (par jeu de failles normales, par exemple) A pour conséquence la submersion du rivage

Treillage : ensemble d’axes de communication qui irriguent un espace.

Tombolo : construction sédimentaire par accumulation tectoniques ou à des mouvements de masse des sédiments en mer.

Tsunami : raz de marée lié à des mouvements tectoniques ou à des mouvements de masse des sédiments en mer. Terme japonais.

Vagues gonflantes : déferlement qui pousse du matériel vers la plage. Engraissement de la plage vers la partie haute..

Vagues plongeantes : elles piquent la plage, destabilisant l’accumulation d’où le démaigrissement

ZEE : zone économique exclusive. (200 miles, 360 km environ)