Etudier un monument aux morts

Présentation du travail proposé

Grille (fiche élève)

Exemple : Saint Martin d'Estreaux

d'autres exemples

 

 

 

Objectifs :

*à l'issue du bilan de la Première Guerre mondiale, l'étude d'un monument aux morts est un exercice formateur pour les élèves, tant au niveau de la formation historique que de l'éducation à la citoyenneté.
* un travail identique peut être mené pour les monuments de la Seconde Guerre mondiale. Le concours de la Résistance de l'année 1998/99 porte sur ce thème.

 

Déroulement du travail :

* travail autonome des élèves, effectué pendant les vacances de la Toussaint, à partir de la grille ci-dessous, et correction la veille de la commémoration du 11 novembre.

 

Grille : cliquer ici pour afficher la grille seule (pour l'imprimer)

ETUDE D'UN MONUMENT AUX MORTS
 IDENTIFICATION : Nom de la commune (département) : 

Localisation précise dans la commune :

 DESCRIPTION FIGUREE 
Photographie ou dessin (respecter les proportions des différentes parties) 
Noter avec des flèches ce qui est representé, ce qui est inscrit. 
 DESCRIPTION REDIGEE 
Décrire l'entourage, donner l'allure générale, les formes des différentes parties, les dimensions, les matériaux utilisés, la décoration (objets, personnages...) en indiquant son emplacement. 
Relever le nombre de victimes, par année si possible. 
 COMMENTAIRES 
Donner la signification symbolique des personnages, des objets représentés. 
Qualifier ce monument (imposant, sobre, patriotique, émouvant, pacifiste...) et justifier votre choix à partir des inscriptions, des objets, personnages représentés. 
Relever l'évocation des autres guerres et le nombre de victimes répertoriées. 
 
ENQUETE SUR LE MONUMENT *
* auprès de la Mairie de la commune, des archives communales, de la presse locale du début des années 20, des archives départementales ( série O)
1 - Qui a décidé l'érection du monument aux morts ?
Qui a choisi l'emplacement ? le modèle ? la décoration ?
2 - Quand a été prise la décision de l'érection ? Quand le monument a-t-il été édifié ?
3 - Quand a-t-il été inauguré ? Qui était présent à cette inauguration ?
4 - Combien ce monument a-t-il coûté ? Comment cette dépense a-t-elle été réglée ?
5 - Combien la commune comptait-elle d'habitants en 1911 (dernier recensement avant la guerre) ?
Calculer la proportion des victimes par rapport si possible à la population active de la commune.

 

EXEMPLE

Les monuments pacifistes sont rares. Annette Becker, dans son livre "LES MONUMENTS AUX MORTS, Mémoire de la Grande Guerre" en recense trois : Gentioux, dans la Creuse, Equeurdreville dans la Manche et Saint-Martin d'Estreaux dans la Loire.
 
Photo : Michel BERNIER 
 Ce monument est celui de Saint Martin d'Estreaux, dans le département de la Loire. Il est situé sur la place de ce bourg d'un millier d'habitants . 
Il est formé d'un ensemble de trois panneaux sur chaque face. L'ensemble est surmonté d'une colonne qui porte une urne funéraire. 
La première particularité réside dans le fait que chacun des 64 noms de la liste des victimes de la guerre est accompagné d'une photographie ; "la municipalité ayant voulu laisser aux générations futures un souvenir vivant des soldats de la commune morts pour la France". Au centre de cette liste, une pleureuse a été sculptée en bas- relief , dans une niche qu'encadrent deux colonnes corinthiennes 

 
 

Sur l'autre face, les trois panneaux sont résolument pacifistes : 
l'un affirme Si vis pacem, para bellum ou si tu veuxla paix prépare la guerre est une devise dangereuse. Si vis pacem, para pacem ! si tu veux la paix prépare la paix . 

 
 

Un autre se termine par Maudite soit la guerre et ses auteurs. 
 
Photo : Michel BERNIER


Photo : Michel BERNIER 
Le troisième panneau dresse le bilan de la guerre.  
 Le texte gravé a été rédigé par P. Monot (1866-1931) agriculteur, maire et conseiller général radical socialiste, et le directeur de l'école, M. Hugenneng. 
Décidé dès le 8 décembre 1918, ce monument ne fut pas inauguré officiellement afin de respecter le deuil des familles et celui de la patrie. 

Le texte fut contesté par une partie de la population et fut l'objet, au début des années trente, de dégradations dont furent accusés les membres de l'Action française.    

(Les photographies présentées sur cette page peuvent être réutilisées, pour un usage non commercial)

D'autres exemples étudiés par des élèves sont visibles sur le site du Collège P. Mendès France de Parthenay (79)

 

 

Académie de Poitiers

Votre avis, vos suggestions à propos de cette ressource : Mise à jour le : 8/06/06