[texte] [Retour au sommaire]
Oedipe roi
       Ce résumé, écrit dans une langue claire et simple, permet d'aborder rapidement le mythe d'Oedipe avant de l'étudier par exemple chez Sénèque, ou chez Sophocle pour les hellénistes.

    Pistes d'études
  1. La langue Une langue si simple peut servir d'appui pour l'étude de notions comme
    • Valeur des cas : les génitifs qui dépendent de filius, filia et uxor ;
    • déclinaison et valeur de is, idem et du réfléchi se, abondamment employés ;
    • Le participe parfait passif comme épithète et comme composant d'une forme verbale passive.
    • La préposition de : tous ses sens sont rassemblés : au sujet de, venant de, du haut de. D'autres prépositions sont intéressantes : ab, ad, per, praeter et pro.
  2. Etymologie : Oedipe = "pieds enflés" : français œdème.
  3. La géographie antique : Thèbes, Delphes, Corinthe, et le mont Cithéron où fut exposé Oedipe ;
  4. Après l'étude du texte de Sénèque, on peut tenter d'établir une concordance entre Phorbas et les satellites, et lire chez Corneille l'admirable scène où Oedipe, encore fier de lui, raconte son combat contre son père et ses deux gardes.
  5. Relever les traits frappants du mythe, qui apparaissent même dans ce bref résumé, en particulier la similitude de caractère entre le fils et son père. Hygin la souligne même en parlant des moqueries des camarades d'Oedipe. Corneille :
  6. L'utilisation du mythe par la psychologie freudienne : le complexe d'Oedipe.
        LAIVS 66. 1 A Laius, fils de Labdacus, il avait été répondu par Apollon qu'il craignît de recevoir la mort de la main de son fils. Aussi lorsque sa femme Jocaste, fille de Ménécus, accoucha, il le fit exposer. Péribée, femme du roi Polybe, alors qu'elle lavait des vêtements au bord de la mer, prit l'enfant exposé. Lorsque Polybe l'apprit, puisqu'ils n'avaient pas d'enfants, ils l'élevèrent comme s'il était le leur, et comme il avait les pieds transpercés, il l'appelèrent Oedipe.
        OEDIPE 67.1 Quand Oedipe, fils de Laius et de Jocaste, fut parvenu à l'adolescence, il était plus fort que tous les autres, et par jalousie, ses compagnons d'âge lui lançaient qu'il avait été remplacé par Polybe parce que Polybe était aussi doux et lui effronté. Oedipe sentit qu'on lui lançait ces reproches non sans justesse. C'est pourquoi il se rendit à Delphes pour s'informer au sujet de ses parents. Pendant ce temps, des apparitions montraient à Laius qu'il était tué de la main de son fils. Alors qu'il allait à Delphes, il rencontra Oedipe qui venait vers lui. Lorsque les gardes du corps lui ordonnèrent de laisser le passage au roi, il négligea leurs paroles. Le roi lâcha ses chevaux et une roue lui passa sur le pied ; Oedipe, de colère, ignorant que c'était son propre père, le fit tomber de son char et le tua.