[texte] [Retour au sommaire]
Cris d'animaux
Devant un tel texte, on ne peut envisager une étude conventionnelle. L'étude syntaxique sera tôt faite : le schéma nominatif + génitif + est + infinitif sans le sens de « C'est le propre de --- que de --- +. Le reste est affaire de documentation et de comparaison des langues.

Pistes d'étude

  1. Une traduction étant impossible, on pourra seulement rechercher les équivalents français des cris d'animaux. Méfions-nous : les traductions de ces mots sont souvent approximatives : on n'est pas bien sûr que le passer soit uniquement notre moineau, ni que miluus corresponde uniquement au milan ! Vous trouverez ci-dessous le résultat de mes rapides recherches, qui sont restées incomplètes.
  2. Travail de classement selon divers critères : alphabétique, par familles zoologiques, par sonorités, pour vérifier les onomatopées ; Suétone a-t-il écrit dans le désordre ? dresser la liste des cris communs à plusieurs animaux ;
  3. Quels sont les grands absents de cette liste ? pourquoi ? Le cygne de Suétone est sauvage : nos cygnes domestiques sont à peu près muets. Le chat n'est répandu qu'en Egypte. Les latins préfèrent la belette, qui est fréquente dans les maisons jusqu'au Moyen-Age.
  4. Comparaison latin - français : quels sont les mots français qui viennent directement du latin ? Un élève bilingue peut-il mener des recherches dans sa langue maternelle ? La comparaison n'en sera que plus fructueuse. Une comparaison avec le grec est très intéressante aussi. Pourquoi un animal est-il souvent mieux loti dans une langue que dans une autre ? les diverses possibilités pour un même animal désignent-elles le même cri ou deux cris différents ? Dans quel cas ? Les cris d'animaux sont très précieux pour restituer la prononciation des langues anciennes : baubari, « aboyer + ne peut s'envisager qu'avec au diphtongué.
  5. Etudier les emplois métaphoriques de ces noms d'animaux et des verbes qui désignent leurs cris ; cas particulier du coucou, qu'on a renoncé à appeler cocu. Relever les verbes devenus péjoratifs ;
  6. Rechercher les passages de Boris Vian (surtout dans l'Arrache-Cœur) où il ajoute des néologismes à cette liste déjà si mal connue (bombiner, zonzonner...).
DE LA NATURE DES ANIMAUX
Les lions grognent ou rugissent ;
les tigres ronronnent, feulent, râlent ou miaulent ;
les léopards feulent ;
les panthèrent rugissent ;
les ours grondent, grognent, ou hurlent ;
les sangliers grognent, grommellent, nasillent ou roument ;
les lynx *** .
les loups hurlent .
les serpents sifflent ;
les onagres *** ;
les cerfs brament, rallent, rotent, réent ou raient ;
les bœufs mugissent, meuglent ou beuglent ;
les chevaux hennissent ou s'ébrouent ;
les ânes braient ;
les porcs grognent ;
les verrats grognent ou *** ;
les béliers bêtent ou blatèrent ;
les brebis bêlent ;
les boucs béguettent, bêlent ou chevrotent ;
les chevreaux bêlent, béguettent ou chevrotent ;
les chiens aboient, jappent, hurlent, grognent, clabaudent, clatissent ou halètent ;
les renards glapissent ou jappent ;
les chiots glapissent ou jappent ;
les lièvres couinent ou vagissent ;
les belettes *** ;
les rats chicotent ou couinent ;
les souris chicotent ;
les éléphants barètent ou barrissent ;
les grenouilles coassent ;
les corbeaux croassent, croaillent, coraillent ou graillent ;
les aigles trompettent, glapissent ou glatissent ;
les éperviers tiraillent, glapissent ou piallent ;
les vautours *** ;
les milans huissent ou ***;
les cygnes trompettent, drensent, drensitent ou sifflent ;
les grues glapissent, trompettent ou craquent ;
les cigognes graquent, craquettent, claquettent ou glottorent ;
les oies cacardent, criaillent, sifflent ou cagnardent ;
les canards cancanent, nasillent ou canquettent ;
les paons braillent, criaillent ou paonnent ;
les coqs coquelinent ou chantent ;
les corneilles [pour choucas] corbinent, craillent, criaillent, babillent ou graillent ;
les chouettes hioquent, huent, ululent ou chuintent ;
les coucous coucoulent ou coucouent ;
les merles sifflent, appellent, babillent, flûtent ou chantent ;
les grives *** ;
les étourneaux pisotent ;
les hirondelles gazouillent, trissent, truisottent ou tridulent ;
les poules gloussent, caquettent, claquettent, cocaillent, coclorent, codèquent, coucassent ou crétellent ;
les moineaux pépient, chuchètent ou chuchotent ;
les abeilles bourdonnent ou *** ;
les cigales craquettent, cricellent, criquettent ou stridulent.
Suétone, prata, fragm. 161.

Yves Ouvrard


Académie de Poitiers Courrier électronique : Latin Dernière mise à jour : 31/08/99