titre

[ texte] [Retour au sommaire]

Les tribuns devant la Curie

     Dans le livre II des Dicta factaque memorabilia, Valère Maxime traite longuement de la majesté et de l'austérité des magistrats romains et de leur manière de parler. Ce passage est très important pour comprendre ce que représentaient les tribuns, et explique le sens moderne du mot

    Pistes d'étude
  1. Etymologie : D'abord celle de tribunus, «qui représente une tribu». Rechercher les circonstances de l'apparition des tribuns de la plèbe, puis des tribuns militaires, qui peuvent détenir le pouvoir consulaire.
    On cherchera ensuite les dérivés : tribunal, tribune. Au sens moderne, un tribun est un orateur qui soulève les foules par son éloquence, et aussi le défenseur efficace d'une cause politique. Pourquoi ce passage ? D'autres mots sont passés en français. Lesquels (cf. IV) ?
  2. Les mots de la politique : curia, subsellia, decretum, patres, senatus consultum, improbo, ratus ont tous des significations précises, qu'on pourra faire rechercher ; le célèbre ueto est implicite dans non sinerent.
  3. Rome et les castes : Rome a hésité tout au long de son histoire entre un consensus nécessaire et une lutte plus ou moins ouverte entre patriciens et plébéiens. La position extérieure des bancs des tribuns est statégique : placés hors de la curie dont les portes restent ouvertes à deux battants pendant les sessions, ils suivent les délibération des sénateurs, mais sont prêts à se lever et se retourner pour haranguer le peuple dès qu'ils en sentent la nécessité. On pourra utiliser un plan ou une maquette du Forum à la hauteur de la curie pour se figurer exactement la situation.
  4. Rome et les démocraties modernes Faire le compte (important) des termes passés dans nos démocraties modernes : tribune, curie, ratifier, sénat, consul (sous Napoléon), souscrire, plèbe...
Illud quoque memoria repetendum est, quod tribunis pl. intrare curiam non licebat, ante ualuas autem positis subselliis decreta patrum attentissima cura examinabant, ut, si qua ex eis improbassent, rata esse non sinerent.
Il faut aussi se rappeler qu'il était interdit aux tribuns de la plèbe de pénétrer dans la Curie, et que, assis sur des bancs disposés devant les portes, ils examinaient avec le plus grand soin les décisions des sénateurs, afin de ne pas laisser entériner celle d'entre elles qu'ils auraient désapprouvée.

itaque ueteribus senatus consultis C littera subscribi solebat, eaque nota significabatur illa tribunos quoque censuisse.
Ainsi, on inscrivait autrefois, au bas des sénatus-consultes, la lettre C, marque qui signifiait que les tribuns avaient donné leur accord.

qui, quamuis pro commodis plebis excubabant inque imperiis conpescendis occupati erant, instrui tamen ea argenteis uasis et anulis aureis publice praebitis patiebantur, quo talium rerum usu auctoritas magistratuum esset ornatior.
Eux qui veillaient aux intérêts de la plèbe, qui étaient occupés à entraver le pouvoir [absolu des sénateurs], ils lui permettaient quand même de se consolider quand on leur offrait publiquement des vases d'argent et des anneaux d'or, pour que leur prestige de magistrats fût embellie par la possession de tels objets.

Yves Ouvrard


Académie de Poitiers Courrier électronique : Latin Dernière mise à jour : 21/11/98