lettres > langues anciennes > Patrons et clients

L'âge et la procréation

[texte]
  • Le texte :
          Mulier post quinquagensimum annum non gignit, maiorque pars XL profluvium genitale sistit. nam viris Masinissam regem post LXXXVI annum generasse filium, quem Methimannum appellaverit, clarum est, Catonem censorium octogensimo exacto e filia Salonii clientis sui. qua de causa aliorum eius liberum propago Liciniani sunt cognominati, hi Saloniani, ex quis Uticensis fuit. nuper etiam L. Volusio Saturnino in urbis praefectura extincto notum est e Cornelia Scipionum gentis Volusium Saturninum, qui fuit consul, genitum post LXXII annum. et usque ad LXXV apud ignobiles vulgaris reperitur generatio.  Pline l'Ancien, H.N., VII, 61
  • Traduction
      
    La femme, après sa cinquantième année, ne procrée plus, et la plupart n'ont plus de flux génital à quarante ans. Mais chez les hommes, il est notoire que le roi Massinisa a engendré un fils à quatre vingt-six ans, qu'il a appelé Methiamnus, que Caton le censeur, à quatre-vingts ans passés, en a eu un de la fille de Salonius, son client. C'est pourquoi la lignée de ses autres enfants portent le cognomen Licinianus, et celle de celui-ci celui de Salonianus, dont Caton d'Utique fait partie. Il n'y a pas longtemps encore mourait Lucius Volusius Saturninus à la préfecture de la ville. Il est connu que Volusius Saturninus, qui fut consul, fut engendré par Cornelia de la gens des Scipions après sa soixante-douzième année. Et chez les familles roturières, on trouve couramment des procréations jusqu'à soixante-quinze ans.
  • Pistes d'étude
    1. La langue de Pline l'Ancien est généralement considérée comme peu soignée. On peut relever ici quelques irrégularités : generasse pour generavisse ; octogensimo pour octogesimo ; propago singulier sujet du pluriel sunt cognominati ; quis pour quibus.
    2. La gens romaine : les différences avec la famille actuelle. Une gens se partage en propagines, mais les représentants de chaque lignée se sentent très proches. Le gentilice est en troisième position dans le nom complet du Romain : L. = Lucius, praenomen. Il y a très peu de prénoms possibles. Volusius est le gentilice. Sa terminaisons en -ius est caractéristique. Volusius est donc un membre de la gens Volusia Saturninus est le cognomen, le surnom, qui permet d'éviter les confusions entre individus de la même gens. A certaines époques, on portait deux cognomina.
    3. nobiles et ignobiles : Etonnamment, Pline les traite presque comme deux espèces différentes. Le partage de la société romaine apparaît très marqué. On peut parler de castes.
    4. Les connaissances médicales de Pline sont manifestement fausses. Cela vient de ses sources, qui sont essentiellement livresques, et compilées sans réel souci critique.
    5. Patrons et clients : Le mariage de Caton avec la fille de son client s'est sans doute fait sans consulter la mariée. On voit la puissance du patron noble sur son client.

Yves Ouvrard


Académie de Poitiers Courrier électronique : Latin Dernière mise à jour : 18/02/2002