[texte] [Retour au sommaire]
La Vengeance d'Ulysse
       Ce second texte est plus difficile, il faudra donc se limiter à des travaux partiels sur le texte. En revanche la trame narrative est très prenante et a beaucoup d'effet sur les jeunes élèves. Le thème de l'objet caché dans les bagages de celui qu'on veut accuser est repris à toutes les époques, et on peut s'amuser à en checher des exemples.

  1. Pistes d'Etude :
    1. Langue : ablatif absolu, surtout, et proposition infinitive : deux tours dont la latinité est indiscutable !
    2. Argumentation et théâtre : On pourrait bâtir sur cette trame un bel exercice d'argumentation dialoguée : Ulysse, accusé d'avoir prémédité la mort de Palamède, développe sa défense. Il parle de la douleur du père de famille privé de la jeunesse de son fils ; il attaque Palamède dont les méthodes injustes ont arraché aux Thraces le minimum vital, etc.
    3. Comparaison entre Palamède et Ulysse : Palamède est d'une intelligence au moins aussi pénétrante, mais il est inflexible, et dépourvu de sensibilité, inconscient du danger. Ulysse est surtout rusé, prudent, il sait simuler, et n'hésite pas à mentir. Rechercher ce que deviennent ces personnages dans la littérature : Sophocle (Philoctète), Euripide (Hécube), Platon (Hippias mineur), Giraudoux.
    4. La raison d'Etat voudrait qu'Ulysse, qui imagina le Cheval de Troie, soit un héros. Peut-on considérer l'intelligence comme une qualité qui rachète les autres défauts ?
  2. Traduction un peu éloignée.
           ...Voyant cela, Ulysse arrêta sa charrue, et, conduit à la guerre, en conçut une juste cause de douleur. Plus tard, lorsqu'Ulysse, envoyé au ravitaillement en Thrace, n'eut rien rapporté, il fut violemment pris à partie par Palamède, et comme il disait qu'il n'avait pas été négligent, au point que Palamède lui-même, s'il y allait, ne pourrait rien rapporter, Palamède partit et rapporta une quantité infinie de blé. L'inimitié d'Ulyse s'accrut de cette jalousie, et il donna à un prisonnier une fausse lettre de Priam à Palamède, par laquelle il le remerciait de sa trahison, et évoquait la somme d'or qu'il lui avait livrée. Il fit tuer le prisonnier en chemin. La lettre fut trouvée, et conformément à l'usage militaire transmise au roi, et lue devant les chefs qu'on avait convoqués. Alors Ulysse, faisant semblant de défendre Palamède, dit que s'ils croyaient que c'était vrai, ils n'avaient qu'à chercher dans sa tente. Ce fut fait, on trouva l'or qu'Ulysse avait fait cacher par des esclaves corrompus, et Palamède fut tué par lapidation.
    Servius, 2.81