Danger de la Beauté

[texte] [Retour au sommaire]

    Je rattacherai ce qui suit aux [exemples] étrangers, parce que le fait s'est produit avant que la civitas ne fût donnée à l'Etrurie. Dans cette région, un jeune homme d'une beauté extraordinaire, nommé Spurinna, dont l'admirable beauté attirait les regards de nombreuses femmes importantes, et qui sentait qu'il était à cause de cela suspect aux yeux de leurs familles et de leurs maris, brouilla en se blessant l'harmonie de ses traits, et préféra la laideur, gage de son honnêteté, à la beauté, incitation aux [coupables] désirs d'autrui.
    Pistes d'étude :
  1. La ciuitas et ses différents niveaux : le droit de cité accordé aux individus, puis à des états entiers. Valère Maxime organise tous ses chapitres suivant le même plan :
    1. Un paragraphe de présentation ;
    2. Des exemples romains ;
    3. Le titre externa suivi d'exemples étrangers.
    On voit ici que cette distinction est pour lui très importante, puisqu'il range dans les exemples étrangers un fait qui s'est produit dans une région depuis longtemps romaine, mais alors étrangère.
  2. Seconde phrase : On est ici devant une période très classique : Sujet au début, verbe à la fin, chaque nom est le noyau d'un groupe développé, et une conjonctive par cum, de sens causal, indique les données et la cause du fait divers.
  3. Peut-on dire que l'exemplum est typiquement latin ? Il est omniprésent chez de nombreux auteurs, et on peut en définir les règles : concision de l'exposé, ramassé si possible en une phrase ; emploi fréquent de cum pour les raisons indiquées ci-dessus ; enfin, rapide commentaire moral. Le genre s'est perpétué jusqu'au néolatin, et fait même l'objet d'un livre d'Erasme : les Apophtegmata. Au XVIIIème siècle, les écoliers étudiaient encore le latin dans des Selecta e profanis scriptoribus historiae. Au XIXème, Stendhal, dans la vie de Henri Brulard, se rappelle qu'il a dû apprendre par cœur de longs passage de cet ouvrage.
  4. La sanctitas : est-elle une vertu purement masculine ? Enée salue son père en disant Salue sancte parens... L'âge du personnage adulescens change-t-il quelque chose à la valeur de l'anecdote ?

Yves Ouvrard


Académie de Poitiers Courrier électronique : Latin Dernière mise à jour : 27/10/98