[texte] [retour au sommaire]

Pourquoi les chiens portent-ils un collier à clous ?

       Ce texte de Varron peut être utilisé à plusieurs niveaux. L'abondance des noms permet de faire, en cinquième, une recherche des modèles, en particulier pour les neutres de la deuxième déclinaison. Le passif est bien représenté, et permet une comparaison entre les désinences -turet -ntur. Les troisièmes pourront s'essayer à la traduction, mais il faudra les aider dans les dernières lignes.

Traduction

       Pour qu'ils ne soient pas blessés par les bêtes féroces, on leur met des colliers qui sont appelés melium, c'est à dire une courroie de cuir dur qui leur entoure le cou, avec des clous à tête. Du côté des têtes, on coud de la peau souple, afin que la dureté du fer ne leur abîme pas le cou : si un loup ou quelque autre bête est blessé par l'un de ces colliers, ils évitent aussi les chiennes, qui n'en portent pas, et qui sont ainsi en sûreté.Traduction       Pour qu'ils ne soient pas blessés par les bêtes féroces, on leur met des colliers qui sont appelés melium, c'est à dire une courroie de cuir dur qui leur entoure le cou, avec des clous à tête. Du côté des têtes, on coud de la peau souple, afin que la dureté du fer ne leur abîme pas le cou : si un loup ou quelque autre bête est blessé par l'un de ces colliers, ils évitent aussi les chiennes, qui n'en portent pas, et qui sont ainsi en sûreté.

Varron, Res Rusticae, 2.9.15

Intérêts du texte et pistes d'étude :

haut de page


Académie de Poitiers
Courrier électronique : Latin
Dernière mise à jour : 01/09/01