lettres > langues anciennes > récits
Archimède découvre la poussée d'Archimède
[texte]
Cet extrait, un peu trop difficile pour être proposé au dessous de la troisième, peut être intéressant pour des élèves plus jeunes si on met l'accent sur son côté documentaire : On sait assez peu de choses sur ce savant exceptionnel, et le texte ci-dessous représente à lui seul une bonne partie de ce qui nous est resté.
  1. Texte latin: posteaquam indicium est factum dempto auro tantundem argenti in id coronarium opus admixtum esse, indignatus Hiero se contemptum esse neque inveniens, qua ratione id furtum reprehenderet, rogavit Archimeden, uti in se sumeret sibi de eo cogitationem. tunc is, cum haberet eius rei curam, casu venit in balineum, ibique cum in solium descenderet, animadvertit, quantum corporis sui in eo insideret, tantum aquae extra solium effluere. idque cum eius rei rationem explicationis ostendisset, non est moratus, sed exsiluit gaudio motus de solio et nudus vadens domum universis significabat clara voce invenisse, quod quaereret. currens identidem graece clamabat EYPHKA EYPHKA.
  2. Traduction : [Lorsqu'] Il y eut une dénonciation disant qu'après avoir ôté de l'or, on avait mêlé la même quantité d'argent dans la fabrication de la couronne[,]. Hiéron, indigné d'avoir été joué, et ne trouvant pas comment il mettrait la main sur le vol, demanda à Archimède de se charger pour lui de cette réflexion. Alors Archimède, comme il avait le souci de cette affaire, alla par hasard aux bains, et là, comme il entrait dans sa baignoire, il s'aperçut que le volume de son corps qui y était plongé etait égal au volume d'eau qui s'en écoulait. Ce phénomène lui montra comment expliquer l'affaire et, sans s'attarder, il sauta de la baignoire, poussé par la joie, et, allant nu chez lui, il faisait entendre à tous en criant qu'il avait trouvé ce qu'il cherchait. En courant il criait sans cesse en grec : EUREKA ! EUREKA !
  3. Pistes d'étude :
    1. La langue :
      • L'ablatif absolu (dempto auro) ;
      • la proposition interrogative indirecte (qua ratione... reprehenderet) ;
      • la proposition infinitive : emploi du réfléchi se ; simultanéité (effluere) ; antériorité (admixtum esse, invenisse) ;
      • syntaxe de cum : avec imparfait (cum haberet) et plus-que-parfait (cum ostendisset) ;
      • la corrélation : quantum... tantum ; on aurait pu avoir aussi tantumdem... quantumdem. Dans ce texte, elle exprime l'égalité arithmétique.
    2. Sciences : Il est évident qu'un travail avec les professeurs de physique et de mathématiques sera très fructueux. En physique, les latinistes pourront faire part aux autres élèves de leur travail sur le texte de Vitruve ; en mathématiques, on pourra étudier les travaux d'Archimède pour approcher la valeur de pi, et sa célèbre spirale.
    3. Histoire : La vie mi-légendaire d'Archimède (287-212). Le siège de Syracuse par Marcellus ; le récit de la mort du savant. Internet regorge de ressource à son sujet, tant textuelles qu'iconographiques.
    4. L'alphabet grec : Vitruve retranscrit EUREKA en caractères grecs. C'est l'occasion de revoir cet alphabet et d'autres notions vue par les élèves. On peut aussi parler de l'osmose entre les deux civilisations, qui, à vrai dire, allait plutôt dans le sens Athènes-Rome.

Yves Ouvrard


Académie de Poitiers Courrier électronique : latin Dernière mise à jour : 18/03/2002