Bref historique de la contraception
Samuel Remérand, professeur SVT, Février 2004.


Femme

Méthode de calcul

Prémices, même fausses, chez les Grecs, les Romains, dans le Talmud.
Ogino, en 1928, au Japon établit une probabilité d'ovulation, Knaus en 1930, fait une prévision statistique de l'ovulation d'après la durée des cycles

.Méthode des températures

En 1947, Ferin propose l'étude de la température comme méthode contraceptive et associe la méthode d'Ogino.

Obturateurs féminins

Antiquité : feuilles de bambou, disques de papier huilé (Japon), ouate de coton, laine, charpie, éponges imprégnées ou non de goudron végétal, cire, miel, céruse, huile de cèdre, myrte, ou d'alun, summac (astringents pour l'orifice cervical)
Fin 19ième siècle : diaphragme en caoutchouc (GB)
20ième siècle : obturateurs métalliques et capes cervicales, avec ou sans valves pour les règles.

Contraception chimique locale

Antiquité : tampons d'ouate, d'algues, charpie, racines associées ou non à des épines ou des feuilles macérées d'acacia, du sel gemme, du carbonate de soude, de l'acide tartrique, du citron, ou ovules de même nature.
18 au 20ième siècle : éponges vinaigrées
1950 : spermicides

Stérilet

Antiquité : pierres rondes déposées dans l'utérus des chamelles chez les arabes nomades, ouate de laine (Rome), bouts d'acacia (Egyptiens)
1928 : Grafenberg dépose des anneaux de fer, d'argent et d'or dans l'utérus
1962 : Ishihama, au japon, remplace le fer par du plastique.
1969 : adjonction de cuivre
1977 : adjonction de progestérone

Contraception systématique féminine

Antiquité : breuvages, potions de plantes d'efficacité inappréciable sur le système reproductif, toujours utilisés dans les populations primitives actuelles.
1956 : Pincus : Progestatifs macrodosés
1957 : Pincus Oestroprogestatifs
1965 : Progestatifs microdosés
Depuis innombrables compositions et séquences (séquentielles, mono, bi et triphasique)

Contragestion

1983 : Baulieu : Antiprogestérone, RU486



Homme

Retrait

Immémorial, mentionné chez les Grecs, les Romains, dans le Coran.

Préservatifs

Antiquité : corne, carapace de tortue, cuir (Japon), cæcum (appendice) de bouc, vessie de chèvre (Grèce, Rome)
16ième siècle : Fallope préconise un tissu imprégné d'herbes autour du pénis
17ième siècle : cæcum de mouton (GB)
18ième siècle : baudruche
19ième siècle : latex
20ième siècle : latex et spermicides ou lubrifiant

Stérilisation masculine

Antiquité : breuvages et potions de plantes d'efficacité inappréciable sur la spermatogenèse
1977 : progestatifs en continu avec androgènes correcteurs des effets secondaires.

Académie de Poitiers
Courrier électronique : samuel.remerand@ac-poitiers.fr
Dernière mise à jour : 17/12/04